Mélenchon s’en prend à la presse et veut créer un tribunal de la presse

SAISON 2017 - 2018
  • A
  • A
Partagez sur :

Chaque matin, Sylvain Chazot du Lab d'Europe 1 nous dévoile les coulisses de la politique.

Jean-Luc Mélenchon n’a toujours pas digéré son passage à L'Émission politique.

Et la guerre est déclarée, désormais, entre France 2 et le leader de la France insoumise.

La colère ne faiblit pas du côté de La France insoumise après l'Émission politique de Jean-Luc Mélenchon, jeudi.

On en a déjà parlé, c’était très mouvementé jeudi sur France 2. Depuis, de nombreux insoumis montent au créneau. Ils dénoncent les méthodes de la chaine publique et l’accusent d’avoir caché les orientations politiques de certains invitées, présentées comme issues de la société civile. Le politologue insoumis, Thomas Guénolé, a même annoncé porter plainte au CSA contre France 2 à ce sujet.
Hier, sur LCI, c’était au tour d’Alexis Corbière de réagir. Sa cible, Laurence Debray. Jean-Luc Mélenchon avait été très virulent avec l’écrivaine au sujet du Venezuela. Écoutez ce qu’en pense Alexis Corbière.

Mais, au final, ce n’est pas lui le plus virulent ?

Exactement. À ce jeu-là, le meilleur d’entre eux, c’est Jean-Luc Mélenchon. Ce lundi, il a publié un très long billet sur son blog dans lequel il critique L’Emission politique, "un traquenard médiatique" selon lui . Il s’en prend à Nathalie Saint-Cricq, la journaliste qui "ne comprend pas la moitié des sujets dont on discute", à François Lenglet et à Laurence Debray. Tous les journalistes sont visés même Mediapart qui ne demandait rien.
Mais sa cible préférée, c’est Léa Salamé qu’il présente comme "une personne sans foi ni loi", en "pleine hystérie", qui sert de "passe-plat des campagnes des USA". Des USA qui, en passant, sont accusés par Jean-Luc Mélenchon d’avoir soutenu "en sous-main Daech en Syrie". Ce sont ses mots, une accusation très grave et sans preuve.

Ça va donc très loin ?

Très loin effectivement, à deux doigts du complotisme. On a essayé de joindre Jean-Luc Mélenchon pour qu’il nous détaille cette accusation mais pas de réponse.

Et du côté de France 2, on réagit comment ?

Eh bien très mal. Lundi soir, sur Twitter, la Société des Journalistes a apporté son soutien à Léa Salamé, Nathalie Saint Cricq et François Lenglet qui sont visés, selon elle, par des "attaques odieuses et inacceptables", "Indigne d'un responsable politique". Réponse immédiate Jean-Luc Mélenchon, également sur Twitter : "La SDJ de France 2, sans doute sous pression, soutient une attitude indigne de la déontologie professionnelle".
Bref, la guerre est déclarée.

Les émissions précédentes