Affluence de dernière minute pour l'inscription sur les listes électorales

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La revue de presse est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

A deux jours de la fin de l'année, les électeurs affluent dans les mairies pour s'inscrire sur les listes électorales.

En une de vos journaux ce matin : les listes électorales et Jacqueline Sauvage.

Et il faudrait savoir… Pour Libération, c’est "La ruée vers l’urne". LeCourrier de l’Ouest évoque des files d’attente en mairies, alors qu’en Une de la Croix : "le vote est en crise".

Après la libération de Jacqueline Sauvage, le Parisien-Aujourd’hui en France vous dit "Pourquoi Hollande l’a graciée"

Le Figaro, lui, titre, sur "2017, l’année qui fait peur aux socialistes"

Et en région, beaucoup de Unes sur la voiture, notamment celle de Ouest France : "le diesel en perte de vitesse"                        

>> Grand rush vers les listes électorales…

La presse régionale regorge d’exemples… A Rennes, "plus de 50% des inscriptions de l’année sont en train de se faire dans les derniers jours", a expliqué la directrice des prestations administratrices à l’Agence France Presse. "On va dépasser le record de la dernière présidentielle". Dans Libération, à Nice : 600 dossiers par jour – contre 600 par mois en mai ou juin. En région parisienne : Alfortville, mi-décembre on en était à 1.584 nouveaux inscrits contre un peu plus de 900 à la même époque l’an dernier. "Dans un contexte qui pouvait laisser douter de l’intérêt général pour la politique, c’est beaucoup" se réjouit à Paris, le "monsieur démocratie" de l’équipe Hidalgo. Dans la capitale, la hausse est de 8% en 9 mois.

Libération a suivi à Marseille, quartier de la Busserine, une dizaine de jeunes du Challenge citoyen qui incitent les habitants à s’inscrire. "Dans les cités on vote quand ça craint !", assure un père de famille. Dans ce secteur dirigé par le frontiste Stéphane Ravier, l’élection de Trump fait figure d’épouvantail.

Nettement moins optimiste, la Croix voit plutôt ce matin le verre à moitié vide avec en Une "le vote en crise". Car 12 millions et demi de français en âge de voter manquent sur les listes. "Le vote, est un acte qui ne va plus de soi", écrit Sébastien Maillard. On ne se réinscrit pas quand on déménage : ces "mal inscrits" seraient environ 9 millions qui évidemment alimentent l’abstention le jour venu ! Beaucoup de cadres (ceux qui déménagent souvent), mais aussi certains habitants des quartiers populaires, en mode "à quoi bon" et qui revendiquent leur abstention. Cela dit, les partisans du vote obligatoire, comme il se pratique depuis la fin du 19ème siècle en Belgique iront lire cet écho depuis Bruxelles justement où les électeurs se jugent « infantilisés ».

>> La grâce de Jacqueline Sauvage saluée à l'unanimité

C'est une unanimité presque troublante. Rares sont ceux comme Bruno Dive, dans Sud Ouest qui osent évoquer une "certaine gêne". "Si elle n’avait été battue, assume l’éditorialiste, son "droit" de légitime défense aurait-il trouvé les mêmes soutiens ? la réponse est dans la question". Qu’on se le dise, en tout cas, d’après le Parisien-Aujourd’hui en France, le Père-Noël Hollande aurait d’autres surprises dans sa hotte… Il va "pousser les feux sur la solidarité, la justice sociale" avec également "quelques messages politiques" promet un proche.

Parmi les élus qui osent, je ne résiste pas à l’envie de vous signaler dans le Télégramme de Brest une conseillère municipale de Tréguier (toute jeune ! 21 ans) qui en avait assez des conseils où ses vieux collègues passaient leur temps à envoyer des SMS… Résultat : portables interdits et gros succès d’estime apparemment !

>> 2016, un grand cru pour les starts-up

Les Echos font leur Une sur les pépites françaises avec un volume de capitaux investis qui explose. Des tours de table à 150 millions d’euros pour Sigfox par exemple, 100 millions pour Deezer ou encore 20 millions pour BlablaCar et des nouvelles stars qui émergent ! Même si "les startupers cèdent encore trop vite aux sirènes d’acquéreurs internationaux", explique le journal.

>> La Terre est en retard ?

Une seconde de retard que l'on va donc rattraper le 31 décembre. Si vous avez le nez devant une horloge atomique vous verrez 23h59 minutes et 60 secondes alors que normalement, à 59 on bascule dans la minute suivante. C’est la Voix du Nord, entre autres, qui nous explique que la terre tourne moins vite avec le temps, à cause des marées, de divers phénomènes atmosphériques et autres. Et du coup, le temps astronomique UT1 et le temps atomique UTC ne sont plus raccord.

Voilà je vous rassure, ce sera indolore. C’est une seconde sur les 86400 d’une journée solaire. Et si ça permet de rallonger le réveillon d’une seconde, je suis sure que vous signez, non ?