VIH : une pilule hebdomadaire pour remplacer les trithérapies

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Innovation est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

On innove dans la prise de médicament, notamment pour le traitement du VIH avec une pilule hebdomadaire qui remplace les trithérapies.

Les antirétroviraux sont devenus très efficaces contre le VIH. Mais à une condition, il faut prendre de deux à cinq comprimés tous les jours. Donc une discipline pas toujours évidente à tenir.

C’est pourquoi des chercheurs du MIT aux États-Unis viennent de mettre au point un traitement beaucoup plus pratique. Il enferme dans une seule gélule l’ensemble des médicaments à prendre pendant la semaine. On l’avale une fois, le lundi par exemple, et chaque jour, elle va libérer la bonne dose de trithérapie.

Du coup, il y a moins de risques d’oublier et le traitement sera plus efficace. Il faut savoir que chez les personnes qui prennent parfaitement leurs anti-VIH, le risque d’infection sexuellement transmissible est quasiment nul. Mais il ne faut pas oublier de cachet.

On peut déjà la prescrire cette gélule ?

Non, malheureusement. Elle sort tout juste des laboratoires. Pour l’instant, elle n’a été testée que sur des animaux. Pour l’homme, il va falloir encore attendre.

Cela n’empêche pas les chercheurs de continuer à améliorer leur technique. Ils espèrent, par exemple, étendre la durée à un mois. Ce qui changerait complètement la vie des malades : au lieu d’avaler des milliers de comprimés tous les ans, il n’y en aurait plus que 12, un par mois.

Cette technique n’est pas réservée au traitement du VIH. On l’utilise aussi pour la pilule contraceptive. Et cette fois, ce sont des Français qui sont en pointe, les chercheurs de la société Medincell à Montpellier.

L’idée est la même. Sauf que leur système fonctionne par injection sous la peau, d’une petite bulle de gel qui libèrera progressivement du contraceptif. Donc on se fait piquer une fois et plus besoin de prendre la pilule pendant six mois.

Et si on veut arrêter et avoir des enfants ?

Ils y ont pensé. Le système est réversible. Il suffit de retirer le petit morceau de gel, comme si on perçait un bouton. Ce n’est pas très ragoutant. Mais les ONG sont très intéressées pour les pays émergents. Car on obtient un contraceptif simple, non chirurgical et qu’on ne prend qu’une fois.