L’interstitium, un nouvel organe identifié chez l'homme

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Innovation est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

On pensait tout connaître sur l’anatomie humaine. Pourtant, des chercheurs affirment avoir identifié un nouvel organe chez l’homme que personne n’avait vu. Comment est-ce possible ?

Comme beaucoup de découvertes, totalement par hasard !

Des médecins étaient en train de tester une toute nouvelle génération d’endoscope laser capable de voir à travers les tissus. Ils ont remarqué quelque chose d’étrange : une couche très compacte, avec une série de cavités à l’intérieur qui entoure plusieurs organes. Ils vérifient sur leurs manuels, elle n’est référencée nulle part !

Ils essaient donc de l’analyser au microscope. Et là, ils retrouvent un tissu qu’ils connaissaient bien, mais sans les fameuses cavités observées au laser.

En fait, jusqu’ici, les scientifiques pensaient que c’était un tissu sans fonction particulière. Mais avec les nouvelles méthodes d’observation, on se rend compte qu’il est beaucoup plus complexe qu’on ne l’imaginait. Qu’il a plusieurs fonctions uniques, ce qui permet de le qualifier d’organe. Ils l’ont baptisé interstitium.

Et à quoi il sert cet interstitium ?

Comme c’est un réseau de cavités et de fluides, il agirait comme une sorte d’amortisseur pour les organes en leur évitant de se déchirer. Ensuite, il serait à l’origine de la lymphe. Et surtout, il expliquerait la propagation des cancers à cause de son immense réseau qui entoure la plupart des organes.

Donc c’est fascinant. Non seulement on a découvert un 80e organe dans le corps humain, mais en plus il est immense : c’est le plus grand après la peau.

Qu’est-ce que ça veut dire. Qu’il va falloir mettre à jour les manuels d’anatomie ?

Pas encore. L’interstitium ne sera définitivement qualifié d’organe qu’après évaluation par un consensus de scientifiques.

Mais organe ou pas, c’est une découverte qui montre que l’on a encore beaucoup à apprendre sur le corps humain.