Grossesse : avancée majeure dans le dépistage des maladies génétiques

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Innovation est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

Ce matin, l’innovation, c’est une avancée majeure dans le dépistage des maladies génétiques pendant la grossesse.

On parle de maladies comme la myopathie, l'hémophilie ou celle de Huntington. Des maladies qui, collectivement, sont plus beaucoup courantes que la trisomie 21.

Or jusqu’ici la seule façon de les dépister, c’était l’amniocentèse. Ça veut dire qu’il faut faire un prélèvement. Ce qui n’est jamais anodin avec un embryon puisqu’il y a des risques de fausses couches.

Des scientifiques chinois de l’Université de Hong Kong ont trouvé une technique pour détecter ces maladies à partir une simple prise de sang de la mère. Donc c’est très rapide et il n’y a plus aucun risque pour le futur bébé.

C’est la même chose que le "Dépistage Prénatal Non Invasif" de la trisomie 21, le fameux DPNI ?

Oui, même principe : une prise de sang.

Sauf que là, on va plus loin que le dépistage de la trisomie 21. On va détecter quasiment toutes les formes d’anomalies génétiques.

En plus, la technique est efficace dès six semaines. Ce qui est extrêmement tôt puisque l’on ne parle même pas encore de fœtus. Donc cela va laisser beaucoup plus d’options aux médecins comme aux parents.

Vous voulez parler d’interruption de grossesse, c’est ça ?

Pas nécessairement. On s’est rendu compte que certaines de ces maladies pouvaient être traitées pendant la grossesse à condition qu’elles aient été diagnostiquées tôt.

Pour le moment, on cherche surtout à réduire les symptômes de ces maladies. Mais bientôt, on saura peut-être les guérir avant la naissance. D’où l’intérêt de cette découverte : un outil de dépistage sans risques des anomalies génétiques.

Pour plus de détails, cliquez ici.