Chicken translate : un programme informatique pour traduire le langage des poulets

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Innovation est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

Encore une innovation surprenante ce vendredi, un programme informatique qui traduit le langage des poulets.

Ça parait incroyable, mais c’est très sérieux. Il existe un traducteur de caquètement de poulet, on pourrait l’appeler "chicken translate".
Si une poule dit ça par exemple, ça veut dire qu’il y a un prédateur dans les parages, un renard dans le poulailler par exemple.
Et si on entend ça, ça signifie qu’il est stressé ou qu’il a trop chaud.
Anicet Mbida en a parlé avec un éleveur, il lui expliquait que rien qu’aux bruits de son poulailler, il était capable de se rendre compte que quelque chose n’allait pas. Des chercheurs de l’université de Géorgie aux États-Unis ont mis un peu de science là-dedans : ils ont analysé les "cot-cot" que faisaient les poulets dans certaines conditions. Par exemple quand ils sont malades, quand ils ont faim ou quand ils cherchent à s’accoupler.
Ils ont identifié les sons typiques de chaque situation et ils ont créé ce fameux traducteur.

Et c’est sérieux ? C’est vraiment fiable ?

Oui ! Même à plus de 90% sur des situations comme la faim, la soif ou un problème respiratoire.
Vous l’avez compris, l’objectif n’est pas de faire la conversation avec les poules (elles sont bavardes, mais elles n’ont pas énormément de vocabulaire). L’idée est plutôt de pouvoir prévenir l’éleveur en cas de problème en écoutant simplement ce qui se caquète dans le poulailler. On installe donc des micros un peu partout et le système envoie une alerte dès qu’il identifie des "cot-cots" un peu particuliers.

C’est déjà utilisé quelque part ?

Oui, des expérimentations viennent de commencer dans plusieurs fermes de Géorgie.
Les chercheurs réfléchissent maintenant à un système qui fonctionnerait dans l’autre sens pour pouvoir parler aux poules. Peut-être qu’un jour, on pourra leur demander de rentrer, de sortir ou les convaincre gentiment de pondre des œufs. En revanche, pas sûr qu’elles nous écoutent.