Amendement antiraciste, une arme politique dangereuse

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito politique est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Les députés ont voté un amendement prévoyant l’inéligibilité en cas de condamnation pour injures racistes, sexistes ou homophobe. 

C’est l’édito politique d'Europe 1,  bonjour Alexandre Devecchio, journaliste politique au Figaro. Il est passé quasiment inaperçu et pourtant pourrait être lourd de conséquences. L’amendement antiraciste voté mercredi dans la loi confiance sur la moralisation de la vie publique.

Oui, et cet amendement part sans doute des meilleures intentions. Mais l’enfer est aussi pavé de bonnes intentions. Tandis qu’ils reculaient sur le casier judiciaire vierge, les députés ajoutaient au projet de loi, un amendement prévoyant l’inéligibilité en cas de condamnation pour injures racistes, sexistes ou homophobe. Les associations antiracistes ont salué une "une avancée historique". Enfin, une mesure qui allait faire consensus ! En effet, à première vue, on est tenté d’applaudir. Et pourtant, la mesure interroge. Des voix s’élèvent pour dénoncer une dérive Orwelienne. Cet amendement servira-t-il à combattre les vrais racistes ou à criminaliser une inquiétude légitime ? Sous prétexte de moralisation, bafoue-t-on la liberté d’expression ?

Vous voulez dire que la politique, c’est en quelques sortes un monde de brutes ?

Bah oui ! La politique n’est pas pratiquée par des enfants de chœur, mais par des tontons flingueurs. Les associations et les juges risquent fort d'être instrumentalisés pour faire taire des adversaires. La traque au dérapage pourra dès lors primer sur le débat et les questions de fond. L’instauration d’une chape de plomb peut même avoir des effets paradoxaux. Il faut retenir la leçon de l’élection américaine. Pour beaucoup d’observateurs, Trump est la créature du politiquement correct, l'enfant des années Obama. Ceux qui ont voté pour lui ne l’on pas fait seulement pour ses idées, mais aussi parce qu’il est devenu une véritable icône blasphématoire.

En France, beaucoup d’intellectuels s’inquiètent déjà du musellement du débat public par un antiracisme devenu fou. On se souvient des mots forts de Pascal Bruckner, traîné en justice par les Indigènes de la République pour islamophobie avant d’être relaxé : "La novlangue juridique finit par être une entrave à la liberté d'expression et même de penser, écrit-il.  De grandes oreilles nous écoutent et guettent le lapsus ou le mot malheureux qui peut précipiter un honnête homme dans l'enfer."

C'était l'édito politique signé Alexandre Devecchio, merci.