Le populisme chic d'Emmanuel Macron

  • A
  • A
L'édito politique est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Emmanuel Macron a inventé un nouveau concept, le "populisme chic", il alimente la suspicion et la défiance du peuple à l’égard de ceux qui nous gouvernent.

La politique c’est le show Macron, il dévoile ses premières idées de réforme.. Anti-système, anti-élu, l’attente était forte, on attendait des propositions choc. Alors ? Pari réussi ?

Il a inventé un nouveau concept, le Populisme chic. On n’est pas dans le gros rouge qui tâche si vous voulez c’est plutôt champagne, mais sous couvert de rendre le pouvoir au peuple, on est bien dans un renouveau un brin populiste. Pour Emmanuel  Macron, le président de la République est indigne de confiance, les ministres sont à priori incompétents. Et tous forment un "entre-soi"  dont il faut sortir. Proposition choc, il en fallait pour répondre à l’attente. Il propose que le président de la République soit soumis chaque année à un jury citoyen. Il propose que les ministres auditionnés par les parlementaires pour attester de leurs compétences et, très important, qu’ils aient un casier vierge. On est pas dans le "Tous pourris" c’est plus fin que ça, mais enfin Emmanuel Macron alimente la suspicion et la défiance du peuple à l’égard de ceux qui nous gouvernent.

C’est sévère, ce sont des premières propositions, il y en aura d’autres.

Oui on l’a dit ici, Il y a une attente et ce n’est que le premier de trois meeting. Mais en fait de renouveau on a comme un air de déjà-vu. Comme si Emmanuel Royal voulait réhabiliter Ségolène Macron. Il y a à chaque élection présidentielle un candidat anti-système. Brillant, séduisant et populaire qui s’affranchit des appareils politiques, qui se présente comme le candidat du peuple, du vrai peuple. C’est Ségolène Royal en 2007, c’est, dans un autre registre, Jean Lecanuet en 1965, 45 ans candidat centriste à la présidentielle  qui veut bousculer le système, à l’aise à la télévision et qui échoue dès le premier tour. À chaque élection sa promesse de renouveau. Emmanuel Macron n’ y a pas encore totalement répondu à cette promesse, ça ne veut pas dire qu’il n’y parviendra pas, mais on n’y est pas encore.