Fin des tarifs réglementés sur le gaz

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Le gouvernement va devoir appliquer une décision du Conseil d'Etat sur la fin des tarifs réglementés du gaz. Les associations de consommateurs s'inquiètent.

Le gouvernement s'apprête à changer le quotidien de 11 millions de foyers. Comment ? Eh bien, en mettant fin aux tarifs réglementés du gaz. Il n'a pas le choix, il doit appliquer une décision du Conseil d'Etat. Pourquoi cette décision, Carole ?

Et bien parce qu'ils sont jugés contraire au droit européen qui oblige le marché de l'énergie à être ouvert à la concurrence. Depuis dix ans, effectivement EDF et Engie n'ont plus le monopole de l'électricité et du gaz en France. Sauf qu'EDF a gardé plus de 85% de ses clients et Engie 75%. Et les autres se font la guerre pour les miettes du gâteaux.

Si le marché a si peu bougé c'est parce que les consommateurs, préfèrent garder les tarifs réglementés. Ça les rassure que l'Etat garde un œil sur leur facture de gaz ou d'électricité. Sauf qu'au bout de dix ans, les autres fournisseurs de gaz (Direct Energie, Lampiris, Eni) ce sont dit, mince ça suffit, nous aussi on veut notre part de gâteau. Ils ont déposé un recours devant le Conseil d'Etat pour dire "les tarifs réglementés" sont une entrave à la concurrence. Un pied de nez au droit européen. Et le Conseil d'Etat leur a donné raison.

Donc aujourd'hui le gouvernement n'a pas le choix, il doit changer la loi. Plusieurs sources m'ont confirmé que les consultations allaient tout z'azimut. Pour voir comment ficeler un nouveau texte.

Mais généralement l'ouverture a la concurrence est plutôt vue comme une bonne chose pour les consommateurs ?

Oui quand c'est un marché qui a les moyens de tirer les prix vers le bas. Ce n'est pas forcément le cas dans l'énergie. Il pourrait même y avoir un mouvement inverse, tout le monde suit le 1er qui augmente ses prix. Alors pas tout de suite mais après, rien ne le garantit. Le médiateur de l'énergie s'inquiète d'ailleurs de cette suppression des tarifs réglementés du gaz qui servent finalement de prix de référence.

Actuellement les fournisseurs peuvent dire "je suis 5/10% moins cher que les tarifs réglementés". A l'avenir ce sera plus compliqué de comparer. La situation inquiète à tel point, que les deux associations de consommateurs CLCV et "UFC Que Choisir" ont rédigé un communiqué commun. C'est extrêmement rare. Pour mettre en garde. Il ne faudrait pas que le gouvernement en profite pour supprimer du même coup les tarifs réglementés de l'électricité.

Mais pourtant ça pose bien la aussi des problèmes de concurrence ?

Oui sauf que c'est considéré comme un bien de 1ere nécessité, ça reste donc protégé pour le moment. Sauf qu'Engie (qui vend aussi de l'électricité) se dit prêt à jouer le jeu sur le gaz. A condition qu'il y ai aussi une vrai concurrence sur l'électricité et qu'EDF ne soit pas la seule entreprise d'énergie en France à garder des tarifs réglementés. Pour Engie ce serait perdre des clients sur le gaz et ne même pas pouvoir se rattraper sur l'électricité.

Bref, au-delà du gaz, c’est une véritable bataille sur nos contrats d'électricité qui s’ouvre aujourd’hui.