Japon : opération "rendez-votre permis contre des nouilles gratuites" pour les personnes âgées

  • A
  • A
Derrière le buzz est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

La police de la province d'Aichi a passé un accord avec une chaîne de restaurants afin que les personnes âgées qui abandonnent leur permis puisse bénéficier de plats de nouilles.

Dans la presse internationale, votre permis de conduire contre un plat de nouille, c’est le troc très sérieux qui va être proposé dès demain à des milliers de Japonais.

Pas tous les japonais, seulement ceux de plus de 75 ans dans la province d’Aichi, pour les convaincre de lâcher enfin leur volant. Le nombre d’accidents impliquant des personnes âgées explose au Japon et la police locale a eu cette idée lumineuse. Elle vient de passer un accord avec une chaîne de restaurants pour que dès demain, les papys aient une ristourne sur le ramen, ce populaire plat de soupe aux nouilles dans 176 enseignes du secteur. Si et seulement si, ils abandonnent leur permis de conduire. Alors évidemment, cela provoque un débat : ça ne marchera jamais, qui va les emmener faire leurs courses, à l’hôpital, c’est condescendant, inutile ou au contraire indispensable pour d’autres qui s’affolent d’un nombre croissant de drame. Pas une semaine sans qu’un accident impliquant un vieillard soit rapporté, et depuis qu’un grand-père a foncé le mois dernier sur un groupe d’écoliers, tuant un enfant de six ans, c’est devenu un débat national.

Est-ce que ce n’est pas un peu surprenant de cibler comme ça, les personnes âgées ?

Pas au Japon qui est une société ultra-vieillissante. 19 millions de japonais ont plus de 75 ans, c’est le double d’il y a dix ans, et ils seront 25 millions d’ici quelques années. Les statistiques reflètent les problèmes afférents, ils sont responsables, rapporte le quotidien Asahi Shimbun, de 13% des morts sur les routes. La loi actuelle paraît insuffisante, un check-up tous les trois ans et il n’y a pas assez de médecins spécialistes de la démence s’indigne le journal. L’homme qui a foncé sur les enfants était incapable de dire ou il était allé, il était sorti pour vider sa poubelle 24 heures plus tôt.

Impossible d’embaucher assez de médecins, la solution pour les autorités, passe donc par l’abandon volontaire du permis.

Contre un plat de nouilles, c’est pas cher payé !

C’est populaire. À Tokyo, on imprime carrément des certificats de super-conducteur, que l’on remet aux anciens en échange de leurs permis pour les récompenser de leurs années de conduite. Ce certificat donne droit à des discounts dans les magasins, sur les tickets de bus ou les taxis. Ça ne marche pas très bien puisque sur 17 millions de conducteurs âgés au Japon, seulement 1,5%, l’an dernier, ont rendu leur permis. Un moine presque centenaire a donné l’exemple cette semaine devant les caméras mais on n’en attend pas grand-chose. On sait désormais pourquoi le gouvernement japonais mise autant, sur les voitures autonomes, qui doivent être commercialisées dès 2017 au Japon.