Chine : une maison de retraite paie les gens pour qu’ils rendent visite à leurs parents

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Derrière le buzz est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Une maison de retraite de l'Est de la Chine rémunère les gens pour qu'ils viennent rendre visite leur parents.

Dans la presse internationale, être payé pour rendre visite à ses parents en maison de retraite, cela semble aberrant et pourtant c’est une réalité en Chine.

Oui l’initiative lancée par une maison de retraite de Suzhou, dans l’Est de la Chine, faisait la Une du Yangze Evening Post hier. 30 euros, c’est la récompense du devoir filial, depuis qu’un programme subventionne les visites des membres de leur famille, la vie des 512 pensionnaires de l’établissement a été bouleversée. La plupart ne voyaient leurs enfants qu’une fois tous les deux mois. Aujourd’hui, le journal publie les chiffres : 130 retraités ont vu leurs enfants tous les deux jours et 80 autres toutes les semaines. La preuve est donc faite, l’argent, est un puissant incitatif. Car ces visites rapportent 30 euros pour 30 déplacements sur deux mois ou sept euros pour une visite par semaine. Dans une province où le salaire moyen atteint 800 euros, ça n’est pas négligeable. Même si, à l’évidence, l’argent n’était pas la seule motivation. C’est comme si les parents s’étaient réveillés grâce à cette mesure, confie la directrice de la maison de retraite, qui a dépensé 4.000 euros déjà pour ces médailles du devoir filial.

C’est terrible d’en être réduit à payer les gens pour qu’ils n’abandonnent pas leurs parents.

Il faut voir le contexte particulier de la Chine. Une population âgée qui explose, une économie en pleine mutation avec des pans entiers de la jeunesse contraints de rejoindre les villes pour travailler. Le temps de travail est très important. Avec une politique de l’enfant unique, le schéma maintenant, c’est quatre grands-parents, deux parents pour un seul petit-enfant qui doit s’occuper de tout le monde. Cela n’est plus soutenable et c’est un problème national. La province de Jiangsu, où se trouve cette maison de retraite, a voté une loi en 2013 pour forcer les gens à visiter leurs aînés. Mais comment la faire appliquer ? C’est là que l’initiative prend tout son sens. Et il y en a d’autres, la province développe actuellement les maisons de retraite virtuelles. Ce sont des centrales téléphoniques, qui vous appellent chez vous, pour vous dire "Mamie, tu as pris ta pilule ?". C’est en partie subventionné,  mais cela n’existe pas partout, malheureusement. Cependant, il faut y penser car d’ici 2050, un chinois sur quatre aura plus de 65 ans.