Allemagne : la presse sous le choc après la supposée censure d’un rapport sur la pauvreté par le gouvernement

  • A
  • A
Derrière le buzz est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

La presse allemande accuse le gouvernement d'avoir censuré plusieurs passages d'un rapport très attendu sur la pauvreté.

Dans la presse internationale, le gouvernement allemand accusé de censure. Il aurait supprimé plusieurs passages d’un rapport sur la pauvreté qui est très attendu. 

Oui, un rapport très complet sur l’état de la pauvreté dans le pays. On ne le publie que tous les quatre ans outre-Rhin, il n’est attendu qu’au printemps mais certaines conclusions ont filtré dans la presse, des conclusions fort désagréables pour le gouvernement. Si l’économie allemande est au vert, qu’elle a presque retrouvé le plein emploi, beaucoup ne s’en sont pas aperçus. La presse enchaîne les titres : 16 millions de pauvres, la honte ! Plus de quatre millions d’Allemands sont surendettés. Ces retraités qui ne peuvent plus se nourrir car non seulement le nombre de pauvres a augmenté depuis quatre ans, mais les inégalités se sont creusées. Le nombre de millionnaires a bondit de 30%  et les plus riches se sont enrichis, quand un Allemand sur cinq ne possède rien du tout.

Alors vous me direz, il n’y a pas qu’en Allemagne, c’est ce que l’on observe dans le monde entier. La différence c’est que ce rapport en tirait des conclusions politiques.

Comment ça, politiques ?

Plusieurs chercheurs se sont penché sur le lien, entre l’exercice du vote, la pauvreté et la façon dont les politiques intègrent ces données dans leur programmes, le poids des lobbys. Ils ont prouvé que plus on est pauvre, moins on vote. Que les partis, tous confondus, perdent donc moins de temps à séduire cet électorat qui de toute façon n’ira pas voter. "Une réforme a plus de chance d’être adoptée si elle est soutenue par les riches", concluait une version que s’est procurée la presse, les décisions prises favorisent les plus aisés, l’Allemagne connaît une crise de la représentation politique. Et ce sont ces extraits qui ont été supprimés. 

Supprimés, censurés donc ?

Et cela scandalise une grande partie de l’opinion. On efface carrément les pauvres, accuse le quotidien TaggesSpiegel. C’est une indigence démocratique et surtout, commentent plusieurs chercheurs, c’est d’une sottise sans nom :  taire la réalité ne la fera pas disparaître. Mais en s’interdisant de réfléchir à la manière de mieux redistribuer les richesse, on risque de précipiter la crise et de jeter ces oubliés dans les bras des partis populistes qui gagnent déjà du terrain.