Culturez-vous ! 08/09/2017

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Culturez-vous est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Vendredi, Emilie Mazoyer partage son coup de cœur musical du jour.

Vendredi, Emilie Mazoyer parle de deux sorties d’album de groupes culte depuis années 80. À commencer par les revenants ! Un triple CD live pour les anciens Téléphone devenus Les Insus. Vingt-et-un tubes enregistrés à Bercy l’année dernière et en bonus 18 titres plus confidentiels joués pour les fans, au Trabendo, une salle parisienne de 700 places. C’est cent fois plus petit que le Stade de France où les Insus se produiront vendredi et samedi prochain.

Les fans seront ravis d’entendre pour la première fois sur ce disque Aubert, Bertignac et Kolinka jouer ensemble en concert Le jour s’est levé. Chanson sortie en 1985 qui est devenue l’ultime single de Téléphone, qui s’est séparé officiellement en 1986. Ils sont toujours séparés d’ailleurs puisque leur bassiste Corinne Marienneau ne fait pas partie de la reformation, remplacée par Alex Angelov… Ceci dit, ça ne les empêche pas de faire la fête entre mecs.

Changement d’ambiance avec 13, le nouvel album d’INDOCHINE, qui sort également vendredi

Quand Les Insus chantent des paroles écrites il y a plus de 30 ans, il manque quelques épisodes : New York avec toi, c’est bien, parce que les Twin Towers sont en place et Donald Trump n’est pas président. Indochine est plus ancré dans la réalité, pas toujours rose.

Tous mes héros sont morts, ne restent que mes ennemis

Les ennemis… en plus de Trump qui a droit à sa petite chanson personnalisée Trump le Monde, il y a La Manif Pour Tous, les terroristes du 13 novembre et le parti de Marine Le Pen appelé chez Indochine le Froid national. Mais on ne fait pas que parler politique, dans 13.
On danse aussi, comme sur ce très New Wave Kimono dans l’ambulance. Beaucoup de belles surprises sur ce nouvel album d'Indochine : un texte signé Jean-Louis Murat, un duo avec Asia Argento... Vous pourrez même réviser vos cours d’histoire de l’art avec le titre Henry Darger, un hommage à l’écrivain et peintre américain héritier de Jean Dubuffet.