L'Oréal : pourquoi Nestlé va vendre ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique d'Axel de tarlé est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Chaque jour, Axel de Tarlé fait un point sur l'économie.

Quel avenir pour L'Oréal après la mort de Lilianne Bettencourt ?

Le groupe, N°1 mondial des cosmétiques, va-t-il rester Français ? C'est tout l'enjeu d'une bataille entre deux formes de capitalisme.

Dans cette bataille sur l'avenir de l'Oréal, il y a les gentils et les méchants.
Les gentils, c'est le capitalisme familial incarné par L'Oréal (la famille détient toujours 33% du groupe).
Et les méchants, c'est le capitalisme financier, celui qui veut un retour rapide sur investissement, quitte à couler la boite. Ce capitalisme financier est incarné par Nestlé (qui possède 23 % de l'Oréal depuis 1974, ce qui n'est pas neutre pour l'avenir de l'Oréal).

Or, en juin dernier, un fond américain, Third Point, a pris 1% de Nestlé (ce qui suffit pour se faire entendre) et depuis, ce financier met une pression maximale sur la direction du groupe Nestlé pour tailler dans les couts et augmenter les profits.
Par exemple, c'est lui qui serait en parti responsable de la suppression de 400 emplois, la semaine dernière, à Sophia AntiPolis, dans un laboratoire de recherche en dermatologie, qui appartient à Nestlé.
La question, maintenant, c'est que va faire Nestlé de ses 23 % chez L'Oréal. Car maintenant que Liliane Bettencourt n'est plus, le pacte d'actionnaire est caduque, Nestlé est totalement libre de faire ce qu'il veut de sa participation.

Et donc ? On imagine que le Suisse Nestlé va chercher à vendre ses parts et récupérer l'argent ?

Exactement, c'est en tous les cas ce que souhaite, ce financier américain.
Ces 23 % chez l'Oréal valent 24 milliards d'euros. Un beau dividende en perspective.

Deux bémols néanmoins :

D'abord, il n'y a pas d'urgence. Il ne faut pas non plus surestimer l'influence de ce financier américain qui ne possède qu'1% de Nestlé.
Et puis, deuxième point. De toute façon, même Si Nestlé vend , L'Oréal a les moyens de racheter ces 23%. Donc rien, ça ne changerait rien pour L'Oréal qui restera français.
Finalement, la morale est sauve. Le capitalisme familial, de long terme, se révèle bien plus vertueux, bien plus efficace, y compris sur le plan financier d'ailleurs. Sur 40 ans, L'Oréal, affiche une performance boursière quatre fois supérieure à celle de Nestlé.