Les Français, rois de l'épargne mais pas du placement en bourse !

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Axel de tarlé vous parle économie est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, Axel de Tarlé fait un point sur l'économie.

Selon la dernière étude la Banque de France, le taux d'épargne continue d'augmenter en France mais les Français ne jurent que par l'immobilier et rien en Bourse.

Les Français sont de plus en plus "fourmi".
Nous mettons de côté, chaque mois, un peu plus de 14 % de nos revenus. C'est beaucoup et c'est une exception française qui s'explique par la peur de l'avenir. La peur du chômage mais également celle de ne rien avoir à la retraite.
Du coup, que fait-on ? On achète une maison ou un appartement pour ses vieux jours. L'immobilier est de loin le placement préféré des Français, il représente 55% du patrimoine des ménages, devant les placements financiers qui représentent seulement 38%. Les placements financiers qui sont d’ailleurs des placements sans risque, de l'assurance vie ou des livrets d'épargne.
Il n’y a pas de placements financiers en Bourse, ou très peu.

C'est ce qui s'appelle une gestion de "bon père de famille", sans Risque. Ça peut se comprendre, non ?

Sauf que la Bourse, sur le long terme, est un excellent placement.
C'est pour cela d'ailleurs que les fonds de pensions, qui gèrent l'argent des retraites et les fonds de pensions, investissent tous en Bourse.
Un chiffre pour convaincre :
Le CAC 40 a été créé il y a 30 ans, le 1er janvier 1988. Il valait, à l'époque, 1.000 points. Aujourd'hui, il est à plus de 5.000 points soit cinq fois plus. Ça veut dire que 1.000 euros investi en Bourse sont devenus 5.000 euros, sans compter les dividendes.
Si vous faites le calcul, sur 30 ans, ça fait une progression moyenne de 6% par an ce qui est plus que tous les livrets d'épargne ou d'assurance-vie.

Comment s'explique cette réticence française à investir en Bourse ? C'est culturel ?

La Bourse est souvent associée à la spéculation ou au licenciement.
Mais, c'est aussi que les épargnants ont été vacciné par deux krachs boursiers (en 2000 et 2008). C'est radical puisque le nombre de petits porteurs, en France, a été divisé par deux. Du coup, les banquiers, aujourd'hui, ne proposent même plus le placement en Bourse.
C'est dommage parce que c'est un bon placement de long terme et puis surtout, l'argent récolté sert à financer les entreprises, nos entreprises.
Or, ça, c'est une préoccupation du gouvernement, flécher l'épargne des Français vers les entreprises.
Il va falloir faire preuve de beaucoup de pédagogie !