Les frais bancaires progressent trois fois plus vite que l'inflation

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique d'Axel de tarlé est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, Axel de Tarlé fait un point sur l'économie.

Les frais bancaires progressent trois fois plus vite que l'inflation, ils atteignent en moyenne 211 euros par compte (selon UFC-QueChoisir).

Les banques sont d'une créativité sans limite quand il s'agit d'inventer de nouveaux frais comme par exemple "la lettre d'avertissement pour compte débiteur". On vous prévient que vous êtes dans le rouge et ce simple avertissement vous est facturé jusqu'à 20 euros.
Donc, inventivité et inflation.
Depuis 2013, l'UFC-Que-Choisir a calculé que les frais bancaires avaient augmenté de 9%, soit trois fois vite que l'inflation. Le coût moyen est de 211 euros par an.
Or, nous aurions tout intérêt à faire jouer la concurrence car d'une banque à l'autre, et selon votre profil (si vous êtes souvent dans le rouge ou que vous utilisez beaucoup de services), la facture peut varier de un à 10 selon UFC-Que choisir. Il y a donc potentiellement des centaines d'euros à gagner ! L'UFC-Que Choisir nous encourage donc à regarder ces dépliants qu'envoient les banques en ce moment avec leurs tarifs et les comparer. Il y a des comparateurs, notamment celui de l'UFC-Que Choisir, qui regrette la faible concurrence dans ce secteur.

Pourquoi n'y a t-il pas plus de concurrence ?
Pourtant, ce ne sont pas les acteurs qui manquent avec même, dernièrement, l'arrivée d' "Orange-BanK".

C'est malheureux à dire, mais tout est fait pour tondre le client.
Effectivement, contrairement à la téléphonie mobile où la concurrence fait rage, dans la banque, le client est d'une fidélité absolue. Figurez-vous qu'un tiers des gens sont dans la banque de leurs parents. Pourquoi cette fidélité ? Parce que cela parait très compliqué de changer, avec le RIB à changer.
C'est pour cela que l'UFC que choisir demande la création d'une sorte de RIB Universel, comme le N° de téléphone. On garde les même coordonnées même quand on change de banque.

Et puis, autre facteur terrible : les nouvelles normes bancaires (mises en place après la crise de 2008) incitent les banques à prendre moins de risque avec leur clients. Concrètement , ça veut dire mettre le hola sur les crédits risqués et en revanche, facturer au maximum tous les services. Ce qu'elle font ! C'est sans risque et le client est docile, il se laisse tondre, sans bouger.