GAFA : la commission européenne les accuse "de tuer la démocratie"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Axel de tarlé vous parle économie est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, Axel de Tarlé fait un point sur l'économie.

Nouvelle attaque frontale contre les géants américains d'Internet : la Commission Européenne les accuse maintenant de "détruire la démocratie" !

Rien que ça !
C'est la Commissaire Européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager qui s'exprimait ce mardi au Web Summit de Lisbonne.
Margrethe Vestager qui a déjà infligé des milliards d'amendes à Apple, Google et Amazon au nom de leur pratique fiscale.
Elle les accuse maintenant de mettre en danger notre démocratie. Selon le Financial Times, elle aurait déclaré hier : "Nous devons reconquérir notre démocratie. Nous ne pouvons pas la laisser à Facebook ou Snapchat" et d'ajouter les Politiques doivent être au service "des citoyens, pas de la technologie".
Bref, nous aurions été bien trop tolérant !

Mais, finalement : les membres du Congrès Américains disaient à peu près la même chose, la semaine dernière !

Facebook, Google et Twitter ont passé un très mauvais quart-d'heure la semaine dernière devant les Membres du Congrès aux États-Unis, où ils étaient convoqués dans la cadre de l’enquête parlementaire sur l'ingérence de la Russie lors de la campagne présidentielle.
D'abord, première erreur, pour répondre aux questions des Sénateurs américains, les Gafa se sont contentés d'envoyer leur directeur juridique. Ce qui a été très mal vécu, comme un signe d'arrogance.
De fait, contrairement à la télévision où la publicité politique est très réglementée aux États-Unis, les membres de la Commission se sont étranglés en constatant que ces géants américains qui se prétendent être les champions de l'analyse de données (le "Big Data" comme on dit) sont en fait incapables de voir que des Russes ont financés en payant en Rouble (ce qui devrait alerter quand même) des Campagnes sur Internet visant à influencer le vote des Américains, à coup de fakes News. Des campagnes qui ont été vues par 126 millions d'Américains ! C'est dire le pouvoir d'influence !
Le problème est mondial. En Grande Bretagne, de la même façon, dés élus accusent ces géants d'Internet d'avoir véhiculé des message russes en faveur du vote du Brexit.

Bref, c'est la fin de la bienveillance tant sur le plan du contenu que fiscal !
Aujourd'hui, ces géants du Web pèsent plus lourd que des États, attention au retour de bâton.
À en croire Margrethe Vestager, il ne s'agit rien d'autre que de "reconquérir notre démocratie".