Est-ce la fin de la neutralité du net aux États-Unis ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique d'Axel de tarlé est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Chaque jour, Axel de Tarlé fait un point sur l'économie.

C'est un coup très dur porté à Internet et.à la liberté sur Internet.
Aux États-Unis, Donald Trump sonne la fin de la "neutralité du Net".

Pour illustrer le choc de cette décision, la Une de la presse populaire, ce matin, aux États-Unis.
Le Daily News évoque carrément la mort d'Internet, avec une pierre tombale.

De quoi s'agit-il ? On a toujours comparé Internet à une autoroute (les autoroutes de l'information).
Sur une autoroute, la vitesse maximum est la même pour tous, nous sommes égaux. C’est la même chose sur le web.
Les vidéos diffusées par YouTube ou Facebook ne vont pas plus vites que les vidéos diffusées par un petit site amateur. Ils sont tous égaux.
C'est cette égalité, cette neutralité, qui est morte ce vendredi aux États-Unis.
Il faut néanmoins préciser que l'Europe n'est pas concernée par cette décision américaine.

Concrètement, l'Amérique crée un Internet à deux vitesses. Vous voulez un accès rapide ou une voie rapide, il faut payer.
Pour reprendre l'image de l'autoroute. On privatise la voie de gauche, qui devient réservée à ceux qui peuvent payer.

Pourquoi Donald Trump a-t-il cette décision ? Quel est l'intérêt ?

Il a visiblement cédé aux lobby des opérateurs télécoms qui, eux, sont ravis de pouvoir ainsi monnayer très cher l'accès à un internet rapide.
Attention, ce ne sont pas les consommateurs qui vont payer mais bien les géants du web comme les Google, YouTube ou Facebook qui devront payer pour que leurs vidéos circulent rapidement.

C'est donc un coup dur pour Google et Facebook qui jusque-là ne payaient rien ?

Certes mais en un sens, ils sont tranquilles maintenant. Ils n’ont plus de concurrence.
Certes, ils vont payer mais, ils seront dominants et indéboulonnables.
Les petites start-up, elles, n'auront pas les moyens de payer et devront se contenter d'un Internet lent.
On a tué la concurrence. On a créé une aristocratie avec une voie rapide, réservée aux plus riches. C'est la fin de l'égalité.
D'ailleurs, dès ce jeudi, les autorités françaises ont lancé un appel à ces petites start-up de la Silicon Valley furieuses en leur disant : "Venez en Europe. Ici Internet est le même pour tous, que vous soyez riche ou pauvre".
Preuve que dans un monde qui se durcit, nos valeurs de liberté, d'égalité, peuvent constituer un atout.