26 mai 1755 : L'exécution du brigand Louis Mandrin

  • A
  • A
Un jour dans l'Histoire est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque matin, Franck Ferrand nous fait revivre l'histoire à travers les évènements qui ont marqué la date du jour.

Nous retrouvons Franck Ferrand, pour notre rendez-vous "Un jour dans l’histoire". Bonjour, Franck.

Bonjour, Sébastien, bonjour à tous.

Nous sommes aujourd’hui le 26 mai ; est-ce que cela vous dit quelque-chose ?

Cela me rappelle le 26 mai 1755, Sébastien, jour de l’exécution du brigand Louis Mandrin, un garçon de trente ans. Il a été soumis à la question, c’est-à-dire la torture, pour qu’il livre ses complices. En l’occurrence, les brodequins : on a placé la jambe du condamné entre deux planches et on a serré au moyen d’un étau. Inutile de vous décrire la souffrance générée. Mais c’est encore trop doux pour les autorités. Mandrin va subir pour punition le supplice de la roue. Bras et jambes attachés à une croix de Saint-André, il se voit briser les membres, ainsi que les côtes, à coups de barre de fer. Puis ce qu’il reste du malheureux est lié à une roue de carrosse, face au soleil, jusqu’à la mort. Heureusement pour lui, au bout d’une dizaine de minutes, l’évêque demande à ce qu’on abrège ses souffrances ; il sera donc garoté par le bourreau.

Mais qu’a fait ce Mandrin pour mériter tout cela ?

De la contrebande ! Mandrin est un bandit de grand chemin. Avec une particularité : il s’attaquait aux collecteurs d’impôt ! Je n’ai pas le temps d’entrer dans les détails, mais disons qu’il avait quelques bonnes raisons d’en vouloir à ce qu’on appelait alors la Ferme Générale. A la tête d’une troupe de contrebandiers, organisée comme une petite armée - et tout en affichant sa loyauté envers le roi – Mandrin a ridiculisé l’institution fiscale.

Ça a dû le rendre populaire, non ? Comme Robin des bois ?

Et comment ! Un vrai Robin des Bois des temps modernes. Seulement les autorités se sont mises à le traquer. Après plusieurs tentatives infructueuses, elles lui mettent finalement la main dessus, il est condamné lors d’un procès expéditif et exécuté ce 26 mai 1755 Sur une place de Valence. Evidemment, sa popularité n’en sera que plus grande ! Ses exploits seront racontés et idéalisés par les conteurs et les romanciers. Il deviendra une sorte de modèle pour bien des justiciers, plus ou moins présentables – mais ça, c’est une autre histoire.

Franck, on vous retrouve, tout à l’heure à 14 heures, pour 90 minutes "au cœur de l’histoire" !