18 septembre 1981 : L’abolition de la peine de mort

  • A
  • A
Un jour dans l'Histoire est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque matin, Franck Ferrand nous fait revivre l'histoire à travers les évènements qui ont marqué la date du jour.

Nous retrouvons Franck Ferrand, "aujourd’hui dans l’Histoire". Bonjour, Franck.

Bonjour, Raphaëlle.

Quel 18 septembre avez-vous choisi de nous rappeler ?

Le 18 septembre 1981, jour où la peine de mort fut abolie en France. Cela fait donc 36 ans ; et pourtant je me rappelle ce grand débat passionné, à l’Assemblée nationale et ailleurs, ainsi les accents dramatiques du garde des Sceaux, le grand pénaliste Robert Badinter, qui portait cette réforme.

"Demain, grâce à vous, la justice française ne sera plus une justice qui tue. Demain, grâce à vous, il n'y aura plus pour notre honte commune, des exécutions furtives, à l'aube, sous le dais noir, dans les prisons françaises. Demain, les pages sanglantes de notre justice seront tournées."

Il faut peut-être rappeler qu’à l’époque, la France est le dernier pays de la Communauté européenne à appliquer encore la peine de mort.

A l’issue des débats, 369 députés, sur les 482 que contient l’hémicycle, vont voter pour l’abolition – donc à une écrasante majorité. 113 voteront contre. La peine de mort sera donc abolie, et la loi d’abolition promulguée officiellement le 9 octobre 1981. Je vous rappelle que sous la Ve République, de 58 à 81, il y aura eu dix-neuf exécutions capitales. Le dernier condamné à avoir été décapité, c’est Hamida Djandoubi, en 1977, et non Christian Ranucci comme on le lit souvent.

Vous souhaitiez rappeler aussi que ce n’était pas la première fois qu’on abolissait la peine de mort en France.

En effet, la Convention l’avait déjà abolie sous le Directoire, en 1795, mais en précisant que cela ne vaudrait "qu’à dater de la paix générale" - ce qui rendait l’abolition virtuelle ; du reste, Napoléon l’avait officiellement rétablie en 1810. Mais cela veut dire que rien, dans ce domaine, n’est jamais définitif ; après tout, depuis 1981, des dizaines de propositions de lois de rétablissement ont été déposées sur le bureau de l’Assemblée.

Franck, on vous retrouve tout à l’heure à 14 heures, sur Europe1.

Pour une heure entière consacrée au souvenir de Philippe Séguin.