L'éducation positive pour inciter les enfants à ranger leur chambre

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Antidote est une chronique de l'émission La vie devant soi
Partagez sur :

L'éducation positive permet d'inciter les enfants à ranger leur chambre sans créer de véritable scène dramatique. Pour se faire, l'enfant a d'abord besoin qu'un rituel soit instauré.

On cherche les enfants depuis deux heures au beau milieu de ce qui ressemblait à une jolie chambre il y a 48 heures… Parce que, depuis le passage du vieux barbu au bonnet rouge, c’est devenu un parc d’attractions où vous êtes à deux doigts de faire payer l’entrée à tous les petits voisins de la résidence. Oui, faites attention où vous mettez les pieds…

Et encore, vous avez de la chance. Cette fois-ci, c’est Sophie la girafe, estimez-vous heureux, ce n’est pas une petite pièce de Lego, et vous n’êtes pas pieds nus (si vous voyez ce que je veux dire). Oncle Bernard a eu la bonne idée d’offrir un train électrique à votre petit Léo… (Attention, il repasse)… Oui, le circuit fait 2,50 m…

Bon, bref, tels que je vous vois, vous êtes sur le point de craquer (et c’est absolument TOUT ce que l’on veut éviter dans Antidote, pour vous, comme pour vos enfants). Parce que OUI, il est possible de se mettre à ranger, SANS que la scène vire au carnage et ce, grâce à quelques outils d’éducation positive !

Comment faire ranger ses enfants, sans hurler ? 

Instaurer un rituel. Le maître-mot, c’est RI-TU-A-LI-SEZ ! Parce que l’enfant a besoin de sa routine quotidienne, et qu’un rituel, ça sécurise. Au même titre qu’il peut y avoir l’heure de la toilette, du brossage de dents, de l’histoire du soir, il peut y avoir le temps du rangement. Et c’est sûr que si ce moment "rangement" est installé depuis longtemps, l’enfant a intégré qu’après le temps du jeu, viendra forcément l’heure du rangement.

Respecter son enfant. Ce qui est important également, c’est montrer à son enfant qu’on le respecte. Un enfant, c’est une petite personne certes, mais c’est une personne avant tout. Alors, on va éviter de débouler en trombe en plein milieu d’une activité en commençant à tout ranger… Là, si vous cherchiez la crise (inconsciemment), vous l’avez ! Non, on va plutôt essayer d’anticiper, et de le prévenir : "Dans cinq minutes, ça va être le temps du rangement."

Clarifier votre attente. Mais d’ailleurs, ça veut dire quoi ranger pour un enfant de 3 ans ? Pour que ce soit plus efficace, je vous invite à clarifier votre attente : "Mon trésor bleu des îles, je souhaiterais que tu ranges ta chambre… C’est-à-dire que tu ranges tes jouets dans la malle, que tu ramasses les livres et les places dans la bibliothèque, que tu plies tes vêtements… Que tu fasses les vitres et que tu descendes les poubelles et si tu peux remonter une baguette au passage, ce sera parfait"… Ah non, pardon, ça c’est pour l’autre enfant de la maison, votre conjoint ! Et lui, on le garde pour une autre chronique. 

L'aider à s'approprier l'espace. On peut également faciliter la tâche de l’enfant en utilisant des rangements à sa hauteur, en disposant des caisses de couleurs : rouge pour les peluches, bleu pour les cubes. On peut aussi l’aider à se réapproprier son espace en lui demandant son avis : "Est-ce que les voitures vont au garage ? Est-ce que les poupées vont dans leur maison ?" On peut aussi instaurer le jeu du rangement, se chronométrer. On le sait : "Tout passe par le jeu." Pour l’aider à comprendre que plus il rangera vite, plus il peut gagner de temps pour le jeu. 

Le féliciter. Enfin, ne surtout pas oublier la dernière étape, essentielle. Félicitez votre enfant ! N’hésitez pas à employer le "Je", pour lui montrer que le compliment vient bien de vous. Oui, si l’on savait ce qu’un "Bravo, je suis fière de toi" provoque à l’intérieur du cœur d’un petit garçon ou d’une petite fille, il y a fort à parier que 20 ans plus tard, au travail, il y aurait sans doute beaucoup moins d’adultes en manque de reconnaissance professionnelle.