Weezevent révolutionne l'évenementiel

  • A
  • A
Weezevent révolutionne l'évenementiel
Weezevent, lancé en 2008 par deux amis, emploie désormais une cinquantaine de personnes.@ capture Weezevent
Partagez sur :

Lancé en 2008, le logiciel en ligne de billetterie Weezevent multiplie les solutions techniques pour l'organisation d’événementiels.

INTERVIEW

"On voulait que ce soit simple", explique au micro d’Europe 1 Pierre-Henri Deballon, l’un des fondateurs de Weezevent, un logiciel de billetterie et d’inscription en ligne qui permet à chacun de mettre en vente les billets de l’événement qu’il organise, qu’il s’agisse d’un concert, d’un spectacle, d’une soirée ou même d’un événement sportif. Le site permet la création d’un module de vente qui peut être intégré au site Internet de l’événement en question, une manière d’échapper au réseau traditionnel de vente de billet tel que La Fnac ou la grande distribution.

Simplicité. "On n'est pas du tout informaticiens […]. Tous les jours je dis à l’équipe technique : 'il faut que ma maman puisse créer son cours de couture'", explique ce diplômé de Dauphine et de l’ESCP, invité dimanche d’EcoSystème, et dont le site gère aussi bien la billetterie d’ateliers photos, avec cinq ou dix participants, que celle d’événements beaucoup plus importants comme le Mondial de l’auto.

L’idée de Weezevent lui est venu en 2008 alors qu’il tentait d’organiser, avec un ami, une course cycliste : "Toute l’idée c’était que les gens viennent sur notre site Internet pour s’inscrire. Surtout, on voulait également être propriétaire de la base de données, c’est-à-dire être en capacité de pouvoir réinviter l’année suivante les participants, pour qu’ils puissent se réinscrire".

Solutions techniques.Weezevent, qui emploie une cinquantaine de personnes, développe désormais toute une série de solutions techniques dans le domaine de l’événementiel. Le site sera ainsi partenaire de la fan zone de l’Euro 2016 prévue sur le Champ de Mars, au pied de la Tour Eiffel. Les boissons et snacks pourront y être achetés grâce à des bracelets ou des pass rechargeables en crédits avec un téléphone portable. "On équipera cet été une quarantaine de festivals avec notre solution", assure Pierre-Henri Deballon.