Vente de Rafale au Qatar : quels effets sur l’emploi ?

  • A
  • A
Vente de Rafale au Qatar : quels effets sur l’emploi ?
@ ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Partagez sur :

AÉRONAUTIQUE - Dassault Aviation doit conclure lundi un troisième contrat avec le Qatar. Cela va-t-il se traduire par des embauches ?

Après avoir attendu des décennies, Dassault Aviation multiplie depuis le début de l’année les contrats de vente pour son avion Rafale : après l’Egypte et l’Inde, la France doit entériner lundi la vente de 24 Rafale au Qatar. Les chaines de production de l’avionneur vont donc tourner à plein régime, mais cela va-t-il avoir un effet en termes d’emploi ?

Un carnet de commande qui se remplit. 24 avions pour l’Egypte, 36 exemplaires pour l’Inde et bientôt 24 autres pour le Qatar : après n’avoir produit des Rafale que pour l’armée française, Dassault Aviation va devoir augmenter sensiblement le rythme de sa production. Les 7.000 personnes qui travaillent déjà sur l’avion français, en Bretagne, dans la Meuse, en Midi-Pyrénées ou encore en banlieue parisienne, vont donc devoir accélérer le rythme de production. Mais ces effectifs ne suffiront pas à tenir la cadence, il va donc falloir embaucher.

10.04.Rafale.Dassault.avion.NICOLAS-TUCAT.AFP.1280.640

© NICOLAS TUCAT / AFP

3.000 emplois attendus grâce à ces contrats. Pour livrer ces 84 avions dans les temps, la filière du Rafale va avoir besoin d’environ 3.000 emplois supplémentaires. Mais tous ces postes ne seront pas créés chez Dassault Aviation, qui ne veut pas se retrouver pieds et poings liés avec des emplois en CDI. Motif invoqué : dans le groupe, on y réfléchit à deux fois avant d’embaucher car, derrière, "on ne licencie pas".

Résultat, la grande majorité de ces créations de postes se fera chez les sous-traitants, soit environ 500 entreprises, parfois des toutes petites PME. Comme par exemple à Pessac, en Gironde, dans une entreprise de 30 salariés qui fabrique pour le Rafale des bielles et des ferrures. Ou encore à Argonay, près d'Annecy, chez un fournisseur de commandes de vol pour le cockpit.

Une seconde ligne de production pour respecter les délais. Ces embauches seront-elles suffisantes pour produire les Rafale en temps et en heure ? Chez Dassault Aviation, on assure qu’il n’y a aucun risque, et pour cause : l'usine d'assemblage de Mérignac tourne aujourd'hui à son minimum, c’est-à-dire au rythme de 11 avions par an. L’avionneur a donc de la marge, d’autant qu’il peut activer sa seconde ligne d'assemblage, dans l'immense hall du site, pour doubler ses cadences. Mais cela, ce sera quand le contrat indien sera définitivement signé. Si tous les contrats prévus se confirment, le site devrait alors avoir du travail pour cinq ans.

>> LIRE AUSSI - Vente de Rafale : "on va doubler les cadences"

>> LIRE AUSSI - Vente de Rafale : l’Egypte a-t-elle les moyens de payer ?

>> Retrouvez les principales informations sur le Rafale en infographie :

04.05.Infographie.Rafale.Contrat.Qatar.P.DeréV.Lefai. vldmkabmpld.AFP.2048.1458

© P. Deré/V. Lefai/CVdmkabmpld/AFP