PDG de Volkswagen : après la démission, le pactole ?

  • A
  • A
PDG de Volkswagen : après la démission, le pactole ?
@ FABRICE COFFRINI / AFP
Partagez sur :

BIG MONEY - C’est l’heure des comptes après la démission mercredi du patron de Volkswagen Martin Winterkorn. Ce dernier devrait toucher une pension de 28,56 millions d'euros, voire plus.

Ébranle par des accusations de tricherie aux contrôles antipollution, Volkswagen a tenté de tourner la page mercredi avec la démission de son PDG, l’Allemand Martin Winterkorn. Ce dernier a accepté de quitter son poste pour permettre au groupe automobile de prendre "un nouveau départ". Un nouveau départ qui commence par une pension estimée à 28,56 millions d’euros, voire plus.

Winterkorn se retire sous la pression. Le patron du groupe Volkswagen est réputé centraliser toutes les décisions et connaître le groupe jusque dans les moindres détails. Pourtant, Martin Winterkorn a assuré mercredi n'être coupable "d'aucun manquement" dans l'affaire des moteurs truqués. Ce qu’a également assuré le président du conseil de surveillance de Volkswagen, Berthold Huber, soulignant que "M. Winterkorn n'avait aucune connaissance des manipulations sur les gaz d'échappement" des moteurs diesel du groupe. C’est donc "dans l'intérêt de l'entreprise" et pour permettre à Volkswagen "un nouveau départ" que son PDG a officiellement décidé de démissionner. Mais aussi pour éviter d’être poussé vers la sortie.

Et part avec une jolie retraite chapeau. Patron d’un groupe dont il a fait doubler la taille et les ventes en moins d’une décennie, Martin Winterkorn ne part pas les mains vides. Patron le mieux payé d’Allemagne, avec près de 15,8 millions d’euros de rémunération en 2014, il part avec la certitude de toucher un confortable retraite-chapeau.

Selon le rapport annuel du groupe, le PDG sortant peut bénéficier d’une pension colossale : elle était estimé au 31 décembre 2014 à 28,56 millions d’euros par Volkswagen. Une somme qu'il ne touchera pas d'un coup mais tout au long de sa retraite. Mais Martin Winterkorn pourrait également bénéficier d'une prime de départ dont le montant peut aller jusqu'à deux années de salaires, précise l’agence Bloomberg : si on se base sur sa rémunération de base, qui était de 1,6 million d'euros en 2014, l'ex-Pdg pourrait empocher jusqu'à 3,2 millions d'euros supplémentaires. Soit un total théorique de 31,8 millions d'euros. Si la nouvelle équipe aux commandes du groupe estime que Martin Winterkorn avait une responsabilité dans cette affaire, elle pourrait le priver d'une bonne partie de ses bonus. Cette question doit être discutée par le conseil de surveillance de Volkswagen vendredi.