Cartel du yaourt : amende record pour onze fabricants

  • A
  • A
Cartel du yaourt : amende record pour onze fabricants
@ FRED TANNEAU / AFP
Partagez sur :

ÉCONOMIE - L'Autorité de la concurrence a sanctionné plusieurs fabricants de produits laitiers à une amende de 192,7 millions d'euros pour entente sur les prix. 

L'Autorité de la concurrence a frappé fort. Elle a condamné jeudi onze fabricants de produits laitiers frais à une amende de 192,7 millions d'euros. Senagral (Senoble), Novandis (Andros) et Lactalis se sont en effet entendus sur les prix et les appels d'offres entre 2006 et 2012, a annoncé l'Autorité de la concurrence. Lactalis Nestlé, le plus durement sanctionné avec 56,1 millions d'euros d'amende, a décidé de faire appel de cette décision. Yoplait a de son côté été exempté de sanction pour avoir le premier dénoncé ce cartel. Ces fabricants travaillaient essentiellement pour des marques de distributeur vendus dans les moyennes et grandes surfaces et leur entente a touché l'ensemble du territoire national. 

Réunions discrètes et téléphones portables secrets. Yoplait, Novandie, Lactalis et Senoble, le "centre de gravité de l'entente", organisaient des réunions, "le plus souvent dans des hôtels réservés à tour de rôle par les participants", relate l'Autorité dans un communiqué publié jeudi. Les responsables de ces quatre fabricants se rencontraient aussi dans ou à proximité de l'appartement du directeur général de Novandie. "Les contacts téléphoniques se faisaient notamment à partir de téléphones portables secrets dédiés à l'entente", précise l'Autorité de la concurrence. "Les lignes n'étaient pas officiellement attribuées aux utilisateurs et leur nom n'apparaissait pas sur les factures", ajoute-t-elle.

Entente sur les hausses de prix. L'Autorité de la concurrence déclare que ces principaux fabricants de produits laitiers "s'informaient des hausses de prix passées et se mettaient d'accord sur les hausses qu'ils voulaient annoncer aux distributeurs ainsi que sur les arguments pour les justifier". Ainsi, le "cartel du yaourt" expliquaient les augmentations par la hausse du prix du sucre due à la baisse des subventions et à la canicule ainsi que par l'augmentation des prix des fruits. 2011 a été une "année active pour le cartel", explique l'Autorité puisque deux hausses "ont été coup sur coup passées, au printemps 2011, puis, pendant l'été 2011". 

"Pacte de non-agression". Les fabricants de produits laitiers frais ont également conclu "des pactes de non agression", rapporte l'Autorité. Elles se répartissaient "les volumes", "en faussant les appels d'offres (18 au total) lancées par les enseignes de la grande distribution"

"Bénéfice de la clémence". C'est en août 2011 puis en février 2012 que l'Autorité de la concurrence a été alerté par Yoplait qui réclamait par ailleurs  "le bénéfice de la clémence", rapporte un communiqué de l'Autorité publié jeudi. Ce procédé permet à une entreprise qui révèle l'existence d'une entente sur les prix d'être exonérée partiellement ou totalement de sanctions.

>> LIRE AUSSI - Air France écope d'une amende d'un million d'euros 

>> LIRE AUSSI - Bruxelles, chasseur de cartels efficace

>> LIRE AUSSI - Tabac ; quatre grands fabricants soupçonnés d'entente sur les prix