Un millier de communes au bord de la faillite

  • A
  • A
Un millier de communes au bord de la faillite
Selon plusieurs observateurs dont l'AMF, un millier de villes se trouvent dans une situation critique. @ Wikipedia
348 partages

RIGUEUR - La baisse des dotations de l'Etat conduit les villes à opérer un rude serrage de ceinture. 

Les communes poussent un cri d'alarme face à la baisse des dotations de l'Etat. Le président de l'Association des maires de France (AMF), François Baroin, rencontre jeudi après-midi Manuel Valls pour la deuxième fois en deux mois. Et pour cause : avec une baisse des dotations de l'Etat de 3,7 milliards d'euros en 2015, de (très) nombreuses villes se retrouvent en situation d'urgence.

La moitié des villes dans le rouge en 2017 ? Selon plusieurs observateurs dont l'AMF, un millier de villes se trouvent dans une situation critique. Si rien ne change, elles pourraient être déclarées en faillite dès cette année, c'est-à-dire incapable de rembourser leurs dettes, risquant ainsi la tutelle de l'Etat. Cela risque même de s'aggraver très vite: selon l'AMF, d'ici 2017, plus de la moitié des communes françaises pourraient se retrouver dans une situation critique. Un marasme potentiel qui concerne autant des petites communes, comme à Capelle la Grande, 1.200 habitants, dans le Nord, où le déficit s'élève à 400.000 euros, que des plus grandes, comme à Argenteuil, 100.000 habitants, en région parisienne, où le déficit atteint plus de 8,5 millions d'euros. Et pour limiter la casse, les villes mettent en place tout un arsenal.

>> Pour connaître l'endettement de votre commune, cliquez sur ce lien, allez sur la colonne de droite "Comptes individuels des collectivités", choisissez votre commune, cliquez sur "Budget principal seul" puis sur "endettement" dans les mots clés du bas. 

Première solution : faire des économies. Certaines renégocient par exemple en ce moment leurs contrats de gaz et d'électricité. D'autres, comme Béziers, augmentent le temps de travail de leurs agents, lorsqu'ils font moins de 35 heures, pour éviter d'embaucher. Pour sortir du rouge, chacun à sa recette : suppression de 300 postes à Argenteuil, moins d'heures de ménages à Sisteron, baisse des subventions au festival de théâtre les Translatines à Bayonne... C'est désormais une question de survie.

L'autre option : réduire l'investissement. Ne pas construire la salle culturelle et/ou le nouveau stade prévus permet également de dégager des fonds pour le budget. C'est le levier le plus facile à activer, mais aussi le plus destructeur pour l'emploi : d'ici 2017, ce sont plusieurs dizaine de milliers de postes qui seraient ainsi menacés dans ce secteur.

Dernier levier : augmenter les impôts locaux. Plusieurs grandes villes ont également fait le choix des hausses d'impôts cette année : Toulouse, Bordeaux, Lyon,  Marseille, Strasbourg, Lille ou encore Tours. Mais ce n'est pas non plus une majorité.  Selon une étude que va révéler aujourd'hui l'Association des maires de France, les deux tiers des communes n'ont en effet pas (encore) alourdi la pression fiscale