Un Français sur dix s'endette à Noël

  • A
  • A
Un Français sur dix s'endette à Noël
@ STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :

CONSOMMATION - Selon un étude du groupe ING Direct, réalisée par Ipsos, 10% des Français se sont endettés pour les cadeaux de Noël l'an dernier, soit trois fois plus qu'en 2013. 

EXCLUSIF

Pour la première fois, la France est sur le podium des pays européens où on s'endette le plus pour Noël. Un Français sur dix termine l'année dans le rouge à cause des cadeaux de fin d'année, selon une étude du groupe ING direct, réalisée par Ipsos et dévoilée en exclusivité pour Europe 1.

"Au mois de janvier, on ne mangera pas". "J'ai un salaire de 1.100 euros : tout est parti", assure Mariam, qui n'a même pas fini ses achats. "En plus, j'ai pris une carte Toys'R'us que je vais payer 100 euros tous les mois pendant cinq mois. On se fait plaisir, pour les enfants surtout. Chacun a deux ou trois cadeaux. C'est compliqué mais on gère : au mois de janvier, on ne mangera pas", annonce la mère de famille.

Certains épargnent dès janvier. Et si de plus en plus de familles s'endettent, un Français sur trois anticipe désormais, en mettant des sous de côté tous les mois, et de plus en plus tôt. "Au début de l'année, on met petit à petit de l'argent, 5 à 10 euros, dans une petite tirelire", précise une nounou qui sort du magasin avec trois paquets cadeaux dans les bras. "A la fin de l'année, vous avez quand même un petit budget pour les fêtes. Là, on dépense presque 200 à 300 euros", enchaîne-t-elle.

380 euros dépensés en moyenne. En France, la moyenne des dépenses de Noël est même plus élevée. Elle s'élève à 380 euros par personne, soit 100 euros de plus qu'en Allemagne par exemple. ''Hormis les Anglais, c'est quasiment le montant le plus fort. Clairement, Noël revêt une importance toute particulière pour les Français", constate Julien Schal, responsable épargne chez ING Direct. "Culturellement, on est un peu moins dans le rationnel que dans certains autres pays européens", précise-t-il. Les bonnes résolutions financières attendront donc, au mieux, la nouvelle année.