Standard and Poor's : la France conserve sa note, mais...

  • A
  • A
Standard and Poor's : la France conserve sa note, mais...
@ Maxppp
Partagez sur :

ÉCONOMIE - La France conserve sa note mais sa perspective est abaissée à "négative"

Standard and Poor's a confirmé vendredi la note souveraine de la France à long terme à AA. Elle a cependant révisé sa perspective de "stable" à "négative".

Reprise économique pas garantie. La révision de la perspective s'explique par le fait que la solidité de la reprise de l'économie française n'est pas garantie et que les finances publiques pourraient se détériorer au-delà de 2014, explique S&P dans un communiqué. L'agence estime que les déficits budgétaire moyen pour la période 2014/2017 va atteindre 4,1% du PIB, au lieu de 3,2% selon l'estimation fournie par l'agence en avril.

Mais quelques compliments quand même. La note de la France demeure soutenue par le haut revenu par tête, la productivité et la diversification de l'économie française ainsi que par la stabilité de son secteur financier, poursuit l'agence.

"Une dette sûre" pour Sapin. Le ministre des Finances Michel Sapin a jugé dans un communiqué qu'en dépit d'un abaissement de la perspective de la note de la France par l'agence de notation Standard and Poor's : "la dette française est parmi les plus sûres et les plus liquides du monde, avec une charge de la dette très contenue".

Même jugement sur l'Europe. Standard and Poor's a aussi abaissé la perspective du Fonds européen de stabilité financière (FESF) de stable à négative. Sa note AA  est confirmée, a ajouté S&P.

"Nous révisons notre perspective sur la note du FESF de stable à négative pour refléter la révision de la perspective de la note de la France, son deuxième garant en importance", a précisé l'agence.

Une dégradation en 2013. En novembre 2013, l'agence de notation américaine avait dégradé la note française de AA+ à AA, en lui associant une perspective stable. En avril, la note et la perspective avaient été maintenu.

>> LIRE AUSSI - L'Europe dégradée : la faute à la France ?