Soldes d'hiver : attention aux pièges !

  • A
  • A
Partagez sur :

Alors que les soldes commencent mercredi, Nicolas Godfroy, responsable juridique à l'UFC-Que Choisir, explique comment éviter les arnaques les plus courantes.  

INTERVIEW

Mercredi, c'est le retour des soldes. Mais avant de foncer dans les magasins, attention aux fausses bonnes affaires. Sur Europe 1, Nicolas Godfroy, responsable juridique à l'UFC-Que Choisir, fait le tour des arnaques les plus courantes.

Attention aux annonces de réduction trompeuses. La première chose à laquelle il faut faire attention selon lui, ce sont les annonces de réduction. "Souvent, vous voyez sur les vitrines ou sur les sites internet des -70/-80%. On a fait une étude il y a deux ans, et le -80%, on ne le trouvait qu'une fois dans une boutique", raconte Nicolas Godfroy. Ce qui n'est pas légal : "c'est à la DGCCRF (Direction générale de la concurrence et la consommation, ndlr) d'intervenir et éventuellement de dresser un procès verbal, puisqu'on peut considérer qu'il y a une pratique commerciale trompeuse", explique-t-il.

D'autre part, il faut faire aussi attention au prix de référence : "la réglementation a changé et aujourd'hui le professionnel fait un peu ce qu'il veut à condition que le prix soit 'loyal', ce qui ne veut pas dire grand chose". Le responsable de l'UFC-Que Choisir cite l'exemple d'un camion jouet vendu sur le site Cdiscount qui se base sur les prix pratiqués par les vendeurs de sa base de donnée et pas celui du fabricant :"vous trouvez le prix moyen à 71.53 euros et quand on va sur le site du fabricant avec la même référence, on arrive à 60 euros".

Toujours comparer. Nicolas Godfroy conseille ainsi d'oublier le prix de référence pour se concentrer sur "le prix final soldé". Cela permet de comparer les produits."Il faut absolument comparer. Notamment sur internet ou entre boutiques, quand ce sont des marques connues", prévient-t-il. Enfin même si vous voyez une affiche "ni repris, ni échangé", il ne faut pas pourtant renoncer dans tous les cas : "S'il y a le moindre défaut sur votre produit, on ne peut pas exclure les garanties, il sera toujours garanti par la loi", assure Nicolas Godfroy.