"Si possible pas juif" : l'auteur de l'annonce bientôt licencié

  • A
  • A
"Si possible pas juif" : l'auteur de l'annonce bientôt licencié
@ Capture d'écran Graphic-Jobs.com
Partagez sur :

SANCTION - L'agence parisienne de graphisme a lancé une procédure de licenciement à l'encontre du salarié responsable de l'annonce antisémite.

L'annonce d'embauche n'était pas passée inaperçue quand elle a été mise en ligne, le 3 février dernier. Non pas que le poste soit particulièrement insolite - il s'agit d'un job d'infographiste -, mais parmi les compétences requises en figurait une pour le moins insolite et maladroite (au minimum) : être "si possible pas juif(ve)".

"Une enquête diligentée". Dépassée par l'ampleur du bad buzz, l'entreprise qui a mis l'annonce en ligne tente maladroitement de se défendre, assumant dans un premier temps, puis avançant un "hack" dans un second, avant de finalement reconnaître à demi-mots que l'annonce a bien été rédigée en interne. "La personne en charge de l’annonce va être entendue, une enquête diligentée et des dispositions nécessaires prises", avait prévenu NSL Studio. 

L'auteur de l'annonce a reconnu les faits. Aujourd'hui, un mois plus tard, les circonstances de la publication de l'annonce "à caractère antisémite" semblent avoir été établies. "L'auteur de cette annonce qui est un salarié de l'entreprise et qui avait initialement indiqué avoir subi une prise à distance de son poste informatique, a reconnu être l'auteur de cette mention et l'avoir transmise pour publication à un site spécialisé d'offres d'emploi", annonce l'entreprise dans un communiqué.

"Consternation et discrédit jetés sur l'entreprise". "L'exclusion de cette offre d'emploi à des personnes de confession juive a jeté la consternation et le discrédit sur l'entreprise. Il s'agit d'un acte odieux constitutif d'une véritable trahison de l'entreprise et qui porte à celle-ci ainsi qu'à ses salariés un tort considérable", a poursuivi NSL Studio, qui a engagé une procédure de licenciement envers ce salarié, assortie d'une mise à pied à titre conservatoire.

>> LIRE AUSSI - "Si possible pas juif", l'offre d'emploi qui fait désordre