Selon le FMI, le chômage en France est surtout "structurel"

  • A
  • A
Selon le FMI, le chômage en France est surtout "structurel"
Dans une agence de Pôle emploi. Image d'illustration. @ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Dans une note publiée mardi, le FMI explique qu'une bonne croissance en France n'aurait pas d'impact sur une bonne partie des chômeurs.

Alors que les chiffres du chômage d'avril sont attendus mercredi après ceux très positifs du mois de mars, une note publiée par le FMI mardi risque de doucher l'enthousiasme actuel du gouvernement. Ses experts y expliquent en effet que la cause du chômage en France est "de nature structurelle" et non liée à la conjoncture, rapporte mardi Le Figaro.

"Problème social majeur". Pour Christian Mumssen, le chef de la mission du FMI qui a résidé en France plusieurs semaines pour y analyser la situation économique, "pour une bonne part, le chômage élevé de la France est de nature structurelle, ce qui présente un problème social et économique majeur".

Le système de formation en cause. Le retour d'une meilleure croissance n'aurait donc aucun impact sur le chômage, estime le FMI qui pointe du doigt "le système d’éducation et de formation" qui n'a "pas évolué avec les changements du marché du travail", créant "une asymétrie croissante entre les qualifications existantes des demandeurs d’emploi et celles recherchées par les employeurs". 

"Des procédures judiciaires longues et incertaines en matière de licenciement", "un accès relativement facile aux allocations-chômage et à la protection sociale" et "un salaire minimum relativement élevé" sont également visés par le FMI.

Réformes. Par conséquent, le FMI pousse la France à engager plusieurs réformes, notamment celle de l'Assurance-chômage. Plus précisément, il conseille d'allonger la période de cotisation minimale mais aussi de réduire à deux ans la période maximale des allocations.