Santé : les pistes chocs de l'Assurance maladie

  • A
  • A
Santé : les pistes chocs de l'Assurance maladie
@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Raccourcir les séjours en maternité et à l'hôpital, contrôler les prescriptions… L'Assurance maladie a des propositions pour le "trou" de la Sécu. 

La branche santé de la Sécudoit économiser trois milliards d'euros sur trois ans. Comment ? L'Assurance maladie a adressé une liste de propositions destinées à la ministre de la Santé, Marisol Touraine. Raccourcir les séjours en maternité, contrôler les arrêts maladie, alléger les ordonnances…  Le Figaro publie mercredi quelques-unes des mesures proposées, censées rapporter 2,98 milliards d'euros au total, dont 715 millions dès 2016.

Raccourcir les séjours en soin. L'Assurance maladie propose de mieux accompagner les patients à l'hôpital et les femmes qui viennent d'accoucher… afin de les faire rentrer plus vite chez eux. "Dans le cas de la maternité, il s'agit de réduire de 4,2 à 3 jours la durée des séjours", détaille le quotidien. Economie potentielle pour la Sécu : 836 millions d'euros.

Les médecins doivent limiter leurs prescriptions. Le rapport transmis à la ministre prévoit également de contrôler davantage les patients et les médecins au sujet des arrêts maladies. L'Assurance maladie propose notamment d'adresser aux professionnels un référentiel à respecter pour ne pas prescrire d'arrêts trop longs. 300 millions d'euros d'économies peuvent être réalisées en luttant contre les fraudes en la matière.

Et ce n'est pas tout : les médecins peuvent faire économiser un milliard en limitant leurs prescriptions inutiles en tout genre. "Diminuer les examens de biologie inutiles et les tests 'non pertinents', imposer aux médecins de mieux respecter les indications de la Haute autorité de santé en matière de prescription de médicaments pour les diabétiques, mieux gérer les médicaments à l'hôpital", précise La Figaro.

Du travail à faire sur la prévention. Dernier angle d'attaque : la prévention. En incitant davantage les patients aux dépistages et à améliorer leur hygiène de vie, l'Assurance maladie assure que l'on peut obtenir un gain de 140 millions d'euros sur trois ans.