Rentrée scolaire : une facture en hausse de 2%

  • A
  • A
Rentrée scolaire : une facture en hausse de 2%
@ MAXPPP
Partagez sur :

ARGENT - Le coût des fournitures scolaires augmente plus vite que l'allocation de rentrée, estime l'association Familles de France.

Trois millions de familles doivent commencer à recevoir mardi l'allocation de rentrée scolaire. Une enveloppe en hausse de 0,7% par rapport à l'année dernière, mais qui ne va pas suffire à couvrir l'augmentation des prix des fournitures scolaires, estime l'association Familles de France. Car d'après ses calculs, la facture va en moyenne bondir de 2,17%.

>> MODE D'EMPLOI - L'allocation de rentrée scolaire versée dès mardi

La bataille des chiffres. Pour le gouvernement, l'augmentation de 0,7% de l'allocation de rentrée scolaire constitue un coup de pouce puisque le ministère de l'Education nationale estime que les prix sont stables en cette rentrée. Un avis pas partagé par l'association Familles de France, qui avance, elle, le chiffre de 2% d'augmentation. Il faut compter en moyenne, pour l'ensemble des fournitures de rentrée, 189 euros pour un enfant qui entre au collège.

Cette rentrée 2014 est même, selon Thierry Vidor de Familles de France, une de celles où le prix des fournitures augmente le plus par rapport aux années précédentes. "2,17%, ce n'est pas anodin. Cela va compter pour les familles, d'autant qu'elles ont fait d'énormes sacrifices depuis deux ans : les impôts ont cette année augmenté pour la plupart, les aides ont diminué. Nous sommes donc relativement inquiets pour les familles, et notamment pour les familles les plus modestes et les familles moyennes".

La facture des articles de sport flambe. Dans le détail des catégories de produits, tout augmente d'après Familles de France : le papier, les stylos, les cartables, etc. Mais surtout les articles de sport, notamment pour les enfants qui rentrent en classe de sixième. Survêtements, baskets, chaussettes, etc : jusqu'à +7% de hausse des prix, d'après des relevés effectués dans les hypermarchés.

>> LIRE AUSSI - Budget : dure, dure la rentrée pour les étudiants