Pouvoir d’achat : qui est le mieux loti en Europe ?

  • A
  • A
Pouvoir d’achat : qui est le mieux loti en Europe ?
Carte du pouvoir d'achat en Europe. Le rouge correspond aux zones les plus riches, le bleu aux régions les moins bien loties.@ GfK
Partagez sur :

ARGENT, ARGENT - Le contraste entre l’Europe occidentale et l’Est persiste. En France, la région parisienne reste la plus riche du pays.

La richesse, c’est une question de chiffre mais aussi de comparaison avec ses voisins. Côté chiffre, que les Français se rassurent : leur pouvoir d’achat a continué de progresser, selon une étude de l’institut GfK, bien que ce soit de manière très modérée. Un Français disposait en moyenne de 19.643 euros de pouvoir d’achat en 2014. D’un point de vue comparatif, la France conserve également sa place dans une Europe toujours aussi disparate en matière de pouvoir d’achat, comme l’illustre la carte réalisée par cet institut allemand.

>> LIRE AUSSI - En 2014, le salaire moyen des non-cadres est de…

Un pouvoir d’achat en hausse en Europe, un peu moins en France. D’après les calculs du cabinet GfK, le pouvoir d’achat des Européens a augmenté de 2% en 2014, alors que l’inflation dans la même zone devrait être de 1%. Cela fait donc une hausse finale du pouvoir d’achat de 1%. Le pouvoir d'achat moyen des 42 pays européens s'élève à 13.112 euros.

Les Français ont, eux, eu moins de chance avec une hausse du pouvoir d’achat limitée à 0,4%. Dans le détail, un Français disposait en 2014 de 19.643 euros par habitant, soit une hausse de 79 euros par rapport à l’année précédente, toujours selon les calculs du cabinet GfK.

>> LIRE AUSSI - Un Français gagne en moyenne 2.128 euros par mois. Vraiment ?

Billet de banque

Une richesse très inégale selon les régions. Si les Français "se situent à environ 1,5 fois au-dessus de la moyenne européenne", dixit GfK, il existe des grandes disparités entre les régions. Ceux qui résident en Ile-de-France et en Rhône-Alpes disposent d’un pouvoir d’achat bien supérieur au reste de la France : un déséquilibre qui s’explique par la centralisation française pour le cas francilien et par la forte présence de travailleurs transfrontalier pour le cas rhône-alpin.

"Paris est en tête des 330 arrondissements français avec une nette avance. Les habitants de la capitale française ont une moyenne de 30.796 € par personne, ce qui est plus de 1,5 fois plus que la moyenne nationale. Les résidents de Saint-Denis ferment la marche avec 13.919 € par personne. Ce montant est presque 30% inférieur à la moyenne nationale et représente à peine 45% du pouvoir d’achat des Parisiens".

Une différence de pouvoir d’achat qu’on retrouve sur cette carte, les zones rouges représentants les départements les plus fortunés et les zones vertes les moins bien lotis.

14.11.Carte.richesse.France.GFK.640.700

© GfK

Dans le détail, voici le dix zones les plus fortunées en France :
 1/ Paris (Ile-de-France)
 2/ Boulogne-Billancourt (Ile-de-France)
 3/ Saint-Germain-en-Laye (Ile-de-France)
 4/ Antony (Ile-de-France)
 5/ Nanterre (Ile-de-France)
 6/ Rambouillet (Ile-de-France)
 7/ Saint-Julien-en-Genevois (Rhône-Alpes)
 8/ Gex (Rhône-Alpes)
 9/ Versailles (Ile-de-France)
 10/ Nogent-sur-Marne (Ile-de-France)

En Europe, une division Nord/Ouest vs Sud/Est. A l’échelle européenne, la France conserve son neuvième rang en matière de pouvoir d’achat et devance la Belgique ou encore le Royaume-Uni. Sans surprise, le classement montre que les habitants du Liechtenstein, de Suisse, de Norvège et du Luxembourg sont les plus fortunés. Coïncidence ou pas, trois de ces quatre pays sont des paradis fiscaux.

De manière générale, l’institut GfK "observe un écart de prospérité très marqué entre l’Europe Occidentale et du Nord d’un côté, et l’Europe Centrale, de l’Est et du Sud de l’autre". Une disparité que résume bien cette carte réalisée par GfK :

14.11.Carte.richesse.Europe.GFK.640.750

© GfK

Mais l’uniformisation au sein de l’Europe est bien en marche. "Les pays avec un faible pouvoir d’achat ont toutefois lentement réduit l’écart ces dernières années", souligne GfK, même si "certains ont souffert de nets reculs causés par la crise financière".