Pôle emploi a détecté 89 millions d'euros de fraude en neuf mois

  • A
  • A
Pôle emploi a détecté 89 millions d'euros de fraude en neuf mois
@ Reuters
Partagez sur :

EMPLOI - Depuis le début de l'année 2014, Pôle Emploi a détecté dans ses comptes une fraude de 89 millions d'euros.

Une sacrée entourloupe. Pôle emploi a détecté pas moins de 89 millions d'euros de fraude sur les neuf premiers mois de 2014. C'est ce que rapporte un bilan partiel transmis au Comité central d'entreprise (CCE) de l'opérateur. 

Et dans le détail ça donne… Sur cette somme, 31 millions d'euros de préjudice ont pu être évités. Comment ? Pôle emploi a tout simplement repéré la fraude avant versement. 
Les 58 millions restants ont déjà été versés avant que la fraude ne soit détectée. "Pôle emploi s'emploie à les récupérer", a indiqué l'organisme.

9.118 demandeurs d'emploi visés. Selon le document, d'abord révélé par Le Monde, ces chiffres sont le résultat de 7.472 "affaires frauduleuses". En tout, 9.118 demandeurs d'emplois seraient concernés ainsi que 259 entreprises. Pour rappel, le nombre total de demandeurs d'emploi indemnisés par Pôle emploi s'élève à 2,7 millions.

>> LIRE AUSSI - Ces chômeurs qui veulent attaquer Pôle emploi en justice 

Des fraudes en hausse continue. Objet d'inquiétude de Pôle emploi, la hausse continue de ces fraudes. Depuis 2011, les sommes sont en hausse continue: 62 millions en 2011, 76 millions en 2012, 100 millions en 2013 et peut-être encore plus en 2014. La fraude de 89 millions a en effet été détectée sur les 9 derniers mois, c'est-à-dire les premiers trois trimestres de 2014. Il en reste donc encore un pour boucler l'année. 

Aussi impressionnante soit-elle, cette fraude pèsent finalement bien peu en comparaison avec le montant total des allocations chômages versées par Pôle emploi : 30 milliards d'euros en 2013. "On ne parle que d'une part infinitésimale du montant total des allocations-chômage versées par Pôle emploi et qu'environ la moitié est récupérée par la suite", fait ainsi remarquer Jean-Charles Steyger, délégué syndical central FSU.

"Malheureusement, l'actualité se focalise plus sur le contrôle des chômeurs, beaucoup moins sur celui des employeurs. C'est un problème", a estimé pour sa part Pascal Mezan, représentant CFDT au CCE de Pôle emploi.

>> VIDÉO - Le chômage existait-il déjà au Moyen-Âge ?