Scandale de corruption à la Fifa : Nike dans le viseur de la justice

  • A
  • A
Scandale de corruption à la Fifa : Nike dans le viseur de la justice
L'équipementier Nike est visé dans le scandale de corruption qui entache la Fifa@ AFP/BEN STANSALL
Partagez sur :

EFFET COLLATERAL - Même s'il n'est pas nommé, l'équipementier est au cœur de l'enquête du FBI, soupçonné d'avoir versé des pots-de-vin pour habiller la sélection brésilienne.

Les cadres de la Fifa ne sont pas les seuls à se retrouver dans l’œil du cyclone après la vague d'arrestations menées par la police suisse et les autorités américaines : l'équipementier sportif Nike se retrouve également dans le viseur de la justice. Côté pile, la marque à la virgule se dit consternée par les pratiques révélées par l'enquête. Côté face, elle est soupçonnée d'avoir elle-même participé au système de corruption et assure coopérer avec la justice.

Nike exhorte la Fifa à faire toute la transparence. Blanchiment, comptes cachés, millions de dollars de pots-de-vin: la justice américaine a dressé mercredi un état des lieux accablant d'une corruption selon elle "endémique" au sein de la Fifa, en annonçant 14 inculpations à New York et réclamant plusieurs extraditions. "C'est la coupe du monde de la fraude. Aujourd'hui, nous avons sorti le carton rouge", a déclaré un responsable du fisc américain Richard Weber.

Acteur incontournable du football, le groupe Nike n'a pas tardé à sortir lui aussi une carton jaune. "Comme les fans (de football) un peu partout, le jeu nous importe passionnément et sommes inquiets de ces sérieuses accusations", a réagi l'équipementier, avant d'ajouter : "Nike croit en l'éthique et au fair-play aussi bien en affaires que dans le sport et est fortement opposé à toute forme de manipulation ou de corruption".

Mais risque de devoir elle aussi rendre des comptes. Sauf que Nike n'est pas exempte de tout reproche. : même si la marque n'est pas citée nommément dans l'enquête, elle fait partie des acteurs du football sommés de s'expliquer sur leurs pratiques. En effet, le département américain de la Justice a évoqué mercredi "certains faits répréhensibles liés à la sollicitation et à la réception de pots-de-vin et de dessous de table, en connexion avec le sponsoring de la Fédération brésilienne de football (CBF) par un important équipementier sportif américain, à la sélection du pays hôte de la Coupe du Monde 2010 et l'élection du président de la Fifa en 2011". Une desription qui désigne sans aucun doute Nike, sponsor de l'équipe brésilienne depuis 1996.

Nike accusée d'avoir versé 40 millions d'euros de pot-de-vin. Officiellement, l'équipementier sportif aurait versé environ 160 millions de dollars pour habiller l'équipe du Brésil pendant dix ans. Sauf que les enquêteurs soupçonnent que ce contrat a donné lieu à d'autres versements, cette fois-ci moins avouables. En effet, les documents judiciaires cités par l'agence Bloomberg affirment que le fameux équipementier sportif aurait versé 40 millions de dollars sur un compte bancaire suisse appartenant à un responsable d'une entreprise achetant et vendant des droits marketing au Brésil. Une partie de cet argent aurait été versée à un responsable de "haut rang" de la Fifa et à un dirigeant du football brésilien.

"Nous avons coopéré et continuerons de coopérer avec les autorités", a réagi Nike.