L'Union européenne valide l'aide de 1,3 milliard d'euros à la France pour la liaison Charles de Gaulle Express

  • A
  • A
L'Union européenne valide l'aide de 1,3 milliard d'euros à la France pour la liaison Charles de Gaulle Express
La France a obtenu lundi l'aval de la Commission européenne pour une aide de 1,3 milliard d'euros pour le projet de liaison ferroviaire directe entre l'aéroport de Roissy et Paris, appelé Charles de Gaulle Express.@ ERIC FEFERBERG / AFP
Partagez sur :

La Commission européenne a validé lundi l'aide de 1,3 milliard d'euros que la France souhaite investir dans le projet de ligne ferroviaire directe entre Paris et l'aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle.

La France a obtenu lundi l'aval de la Commission européenne pour une aide de 1,3 milliard d'euros pour le projet de liaison ferroviaire directe entre l'aéroport de Roissy et Paris, appelé Charles de Gaulle Express. La nouvelle ligne, longue de 32 km, reliera à l'horizon de fin 2023 directement Paris (Gare de l'Est) au terminal 2 de l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle en 20 minutes.

Cette aide "est en parfait accord avec les priorités de la Commission Juncker consistant à soutenir les projets d'investissement des États membres qui stimulent la croissance, les investissements et la création d'emplois", a estimé la Commission.

Financée par un prélèvement imposé aux passagers. L'aide sera accordée à une entreprise commune constituée entre SNCF Réseau et Aéroports de Paris (ADP, l'exploitant de l'aéroport), qui sera chargée de la construction et de l'exploitation de la ligne. Elle "prendra la forme d'une subvention exonérée d'impôt qui sera financée par un prélèvement imposé à partir de 2024 à tous les passagers empruntant l'aéroport Charles-de-Gaulle (à l'exception des passagers en transit)", précise la Commission dans son communiqué.

La liaison directe de 32 kilomètres comprend 8 km de voies nouvelles. La ligne nécessitera aussi de créer un ouvrage qui permettra de rejoindre le faisceau nord des voies à la sortie de la Gare de l'Est. Les 24 kilomètres de voies existantes sont aujourd'hui utilisés par la ligne transilien K et le TER Paris-Laon.