L'Île-de-France "prête à accueillir" les entreprises souhaitant rester dans l'UE

  • A
  • A
L'Île-de-France "prête à accueillir" les entreprises souhaitant rester dans l'UE
Valérie Pécresse. @ ERIC PIERMONT / AFP
Partagez sur :

Valérie Pécresse s'est empressée vendredi à inviter au déménagement les entreprises basées à Londres qui sont mécontentes du Brexit.

Valérie Pécresse a assuré vendredi que la région Île-de-France, dont elle est présidente, était "prête à accueillir" les entreprises souhaitant rester dans l'UE, et à devenir "le nouveau Londres", après le vote du Royaume-Uni pour une sortie de l'Union européenne.

"Bataille des métropoles". "La bataille des métropoles est lancée", a dit Valérie Pécresse sur LCI, après le vote des Britanniques en faveur d'une sortie de l'UE. "Vers qui vont se tourner toutes les entreprises qui ont mis leur siège à Londres", qu'elles soient "françaises, britanniques, ou européennes ?", a demandé la présidente de la région francilienne.

"Welcome to Paris region". Dans cette bataille, la région IDF est prête à accueillir tous ceux qui veulent revenir en Europe, dans la zone euro, et on leur dit 'welcome to Paris region'", a-t-elle affirmé. "Le sujet pour nous, c'est d'être crédible, et de pouvoir être le nouveau Londres", a-t-elle poursuivi. "On n'est pas des charognards", a-t-elle ajouté, mais "si nous ne sommes pas prêts, ils iront à Dublin ou New York".

Des réglementations européennes "déconnectées". "J'appelle très rapidement à une initiative franco-allemande pour refonder l'Europe", a aussi plaidé Valérie Pécresse. "Il faut avancer avec ceux qui y croient vraiment et veulent l'approfondir, en levant un certain nombre de tabous". "Depuis que je suis présidente de Région, je m'occupe d'aller récupérer les fonds européens, on a perdu des dizaines des centaines de millions d'euros de fonds européens parce qu'on est pas allés les chercher", a-t-elle déploré, critiquant la bureaucratisation "insupportable" de l'UE, et des "réglementations qui sont complètement déconnectées de la réalité".