Les salariés d'une trentaine de magasins Lidl de Bretagne en grève : "On n'en peut plus"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Cadences trop soutenues, flux de plus en plus tendus, arrêts maladie à la chaîne… Les salariés d'une trentaine de magasin Lidl de Bretagne ont décidé mercredi d'entamer une grève.

REPORTAGE

Un mouvement social massif et inédit a démarré en milieu de semaine dans une trentaine de magasins Lidl de Bretagne. Il se concrétise par des grèves totales sur une journée complète, ou des débrayages de plusieurs heures. Les salariés dénoncent des conditions de travail épuisantes, le flux tendu et le chronométrage. Les arrêts maladie se multiplient. 

"On n'a jamais connu ça à ce point-là". Dans le magasin Lidl où travaille Aline, un salarié sur quatre est en arrêt maladie. "On n'en peut plus, on est à plat, à bout de force", lâche-t-elle au micro d'Europe 1. Cette salariée dénonce le "manque de bras", "la fatigue" liée aux "heures supplémentaires". "On n'a jamais connu ça à ce point-là", assure-t-elle. En rentrant après une journée de travail, elle décrit une fatigue morale, mais aussi physique. "On ressent des douleurs un peu partout", confie Aline.


"Beaucoup de personnes craquent". À 50 kilomètres de là, même tableau. Louise, qui souffre d'une sciatique depuis trois mois, lance un cri d'alarme. "C'est un état d'urgence. On est toujours à courir, on a toujours trop de choses à faire en même temps. Nerveusement, c'est très dur. Tout est chronométré, notamment les caissières au niveau des scannages" d'articles, raconte-t-elle. Pour cette salariée, la situation ne peut plus durer ainsi. "Les gens sont révoltés. Le personnel est fatigué, beaucoup de personnes craquent. Il y a un nombre incalculable d'abandons de postes, des gens en burn-out, et d'autres qui quittent carrément Lidl", alerte-t-elle.

Autre point de crispation, qui conduit à l'épuisement psychologique : dans certains magasins, un classement du meilleur au moins bon salarié est affiché en permanence. Jointe par Europe 1, la direction bretonne de Lidl n'a pas souhaité s'exprimer.