Vers une simplification du tri sélectif

  • A
  • A
Vers une simplification du tri sélectif
@ MYCHELE DANIAU / AFP
Partagez sur :

INFO E1 - La proportion de déchets recyclés a cessé de progresser. Pour relancer cette dynamique, le tri va être facilité.

INFO EUROPE 1

Après un démarrage poussif, la France s’est progressivement convertie au recyclage des déchets. Sauf qu’après des années de progression, le taux de recyclage stagne. Pour relancer la dynamique et améliorer encore la gestion des déchets, Eco-emballage, chargé de l'organisation du tri en France, lance un vaste plan. Parmi les mesures révélées par Europe 1 : une simplification du tri des plastiques et l’augmentation du nombre de poubelles.

Le recyclage a atteint un plafond en France. Si l’Hexagone est encore bien loin des standards allemands ou belges, d’importants progrès ont été réalisés : alors que seuls 17% des déchets étaient triés et recyclés il y a 20 ans, cette proportion est aujourd’hui passée à 67%. Sauf que ce chiffre ne progresse plus depuis trois ans et que certaines zones ont encore de gros progrès à faire : dans les grandes villes, le taux de recyclage n’est que de 30%. C'est pourquoi Eco-Emballages, chargé de l'organisation du tri en France, lance un plan de relance du recyclage.

Le recyclage des plastiques enfin simplifié. C’est le premier axe de cette réforme, et probablement le plus important. Car aujourd’hui, le tri du plastique n’est pas chose aisée : le consommateur n’est censé jeter dans la poubelle de tri que les bouteilles et les flacons avec un bouchon. C’est-à-dire les bouteilles d'eau, les flacons de shampoing ou de lessive,  les tubes de dentifrice, etc. Ceux qui jettent tous leurs autres déchets en plastique font donc fausse route.

Eco-emballage a donc décidé de simplifier le tri : il sera bientôt possible de jeter tous les déchets en plastique dans la poubelle jaune, du pot de yaourt au sac de plastique en passant par les emballages de jambon ou de carottes râpées. Et ce sans avoir besoin de les nettoyer au préalable.

La technologie au service du tri. Si les règles de tri actuelles sont si complexes, c’est parce qu’il y a plastique et plastique. "Il n’y a pas un plastique mais une dizaine de sortes de plastiques différents. C’est pour cela qu’il faut pouvoir les reconnatre et après les recycler avec des technologies différentes", souligne Eric Brac de la Perriere, le directeur général d'Eco-Emballages. "Nous avons donc investi pour faire en sorte que des technologies nouvelles permettent de mieux trier les plastiques pour les recycler".

Si bien que "quand les municipalités seront équipées, on va pouvoir mettre tous les emballage en plastique dans le bac de tri. C’est-à-dire les barquettes, les pots de yaourt, les pots de crème ainsi que tous les films souples, et notamment le sac plastique", précise-t-il. Ce changement de paradigme va se faire progressivement : à partir de 2016 à Cannes, Pau, Mulhouse, Le Havre ou Poitiers, puis dans toute la France d'ici 2022.

Et des poubelles pour le tri plus nombreuses. Faciliter le tri pour inciter les consommateurs à jouer le jeu est une chose. Encore faut-il qu’ils trouvent les poubelles faites pour cela. Eco-Emballages va donc installer davantage de bacs de recyclage, surtout en ville. "C’est là qu’on trie le moins. C’est un vrai paradoxe : là où on consomme le plus, on trie le moins. Comment cela va se passer ? On va installer des bacs de tri un peu partout dans les villes, à l’entrée des rues, proche des commerces, des transports, pour faire en sorte que le tri soit plus facile", détaille Eric Brac de la Perriere. C’est ainsi que Lyon va héberger 330 points de tri supplémentaires, Paris va accueillir 170 conteneurs à verre en plus, tandis qu’à Saint-Etienne la signalétique va être améliorée pour que trier devienne plus simple.