Le RSA est revalorisé de 2% depuis le 1er septembre

  • A
  • A
Le RSA est revalorisé de 2% depuis le 1er septembre
Les bénéficiaires du RSA vont voir leur allocation revalorisée@ PASCAL GUYOT / AFP
Partagez sur :

Le Revenu de Solidarité Active bénéficie de nouveau d'une hausse depuis le 1er septembre 2016.

Le Revenu de solidarité active (RSA) a augmenté de 2% au 1er septembre, comme prévu dans le cadre du plan gouvernemental de lutte contre la pauvreté, selon un décret publié au Journal officiel vendredi.

Une allocation de 535,17 euros. Le montant forfaitaire mensuel du RSA (revenu minimum pour personnes sans ressources) passe ainsi "pour un allocataire, à 535,17 euros à compter des allocations dues au titre du mois de septembre 2016", selon ce décret. Il s'agit de la quatrième hausse exceptionnelle du RSA depuis 2013, le gouvernement ayant décidé dans le cadre du plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté d'augmenter cette prestation de 10% sur cinq ans, en plus de l'inflation.

Un gain de pouvoir d'achat de plus de 425 euros pour l'année. "Elle représente un gain de plus de 110 euros par an pour une personne seule et de 227 euros par an pour un couple avec deux enfants", a souligné dans un communiqué la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, se félicitant "d'actions pour mieux protéger les Français" et pour rendre le "système plus clair et plus juste". Par rapport au montant du RSA en 2013, les revalorisations successives représentent en 2016 un gain en pouvoir d'achat de plus de 425 euros pour l'année pour une personne seule et de près de 875 euros pour un couple avec deux enfants, selon la ministre.

Plus de 2,5 millions de foyers sans ressources bénéficient du RSA. Il est ouvert, sous certaines conditions, aux personnes âgées d'au moins 25 ans et aux personnes âgées de 18 à 24 ans si elles sont parents isolés ou justifient d'une certaine durée d'activité professionnelle. Dans le domaine de la santé, le plan de lutte contre la pauvreté a par ailleurs permis à 560.000 personnes supplémentaires de bénéficier de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) et à 480.000 personnes de recevoir l'aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS), a précisé la ministre dans son communiqué.