Le gouvernement chasse les agences fantômes

  • A
  • A
Le gouvernement chasse les agences fantômes
@ REUTERS
Partagez sur :

RIGUEUR – L'exécutif veut économiser 2 milliards d'euros en réduisant le train de vie de certaines agences publiques.

Coupes. C'est une plaisanterie en vogue à Bercy : il y a autant d'agences publiques que d'espèces animales menacées. Manuel Vals en a d'ailleurs fait l'un de ses axes pour réduire le train de vie de l'Etat : faire le ménage dans les agences d'Etat et autres comités dits "fantômes".

En France, il existe 1244 agences publiques. Certaines sont connues du grand public : Météo France, Pôle Emploi, Centre National de la Cinématographie, Réunion des Musées Nationaux... Mais d'autres ont un rôle plus obscure. Et le gouvernement espère économiser jusqu'à 2 milliards en réduisant leur train de vie. Le gouvernement devrait baisser les effectifs de ces organismes de 2,5% et leur budget de 7%.

Un réservoir à fonctionnaires. L'exécutif veut ainsi passer au crible les activités de l'Agence pour la mise en valeur des espaces urbains dite de la zone des 50 pas géométriques de la Guadeloupe ou encore du Fonds de compensation des risques de l'assurance construction, aux travaux peu connus. Certains comités, qui comptent une vingtaine de fonctionnaires, n'ont pas eu une seule réunion de travail de l'année, assure-t-on au gouvernement.

Tous les ans, l'Inspection Générale des Finances et la Cour des Comptes énumèrent les postes inutiles de ces agences dans leurs rapports. Mais ces organismes servent souvent de réservoir pour récupérer les fonctionnaires qu'on exfiltre des ministères avec, au passage, un salaire souvent 5% plus élevé. Au final, et pour les forcer à être plus raisonnables, le gouvernement devrait réduire le montant des taxes qui leur sont attribuées pour les financer.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

LISTE - Gaspillage : ces agences d’État accusées

BUDGET - Des agences d’État qui coûtent très cher

ZOOM - Plan de stabilité : une victoire à la Pyrrhus pour Valls

PRÉCISIONS - Économies : le détail des 50 milliards sur 3 ans