Ce que coûte la prostitution à la France

  • A
  • A
Ce que coûte la prostitution à la France
Les clients des prostitués dépensent plus de trois milliards d'euros par an. @ REMY GABALDA / AFP
Partagez sur :

Hospitalisations, surconsommation d'antidépresseurs… Les drames quotidiens vécus par les prostitués impactent la société.

EXCLUSIF

Combien coûte la prostitution en France ? Pour la première fois, des recherches ont chiffré l'impact de la prostitution pour la société. Selon l'étude, que vous révèle Europe 1 jeudi en exclusivité, 37.000 personnes exerceraient "le plus vieux métier du monde" dans le pays. Et le coût qu'elles représentent pour la société est estimé à 1,6 milliard d'euros.

Six fois plus victimes de viols. Ce montant est directement lié à leur quotidien. Les prostituées sont six fois plus victimes de viols que le reste de la population. Et elles sont sept fois plus exposées au risque de suicide. Des drames que le système de santé français prend en charge, et qui se répercutent donc sur les finances de la Sécurité sociale. "Toute cette violence et cette atteinte à la santé font que l'elles ont davantage recours aux services publics pour être aidées", analyse sur Europe 1 Grégoire Thery, le secrétaire général du mouvement du Nid, association d'aide aux prostitués qui a commandé l'étude.

"Cela se traduit par exemple par une consommation quatre fois plus élevée que la moyenne d'antidépresseurs ou d'anxiolytiques, par une surconsommation des services d'urgence, des hospitalisations. Parce que la répétition des actes sexuels non désirés, à longueur de journée, provoquent des conséquences physiques, psychologiques et évidemment gynécologiques extrêmement lourdes, ce qui impact le reste de la société", détaille Grégoire Thery.

3,2 milliards de pouvoir d'achat détournés. L'étude avance également un calcul des sommes que déboursent les clients chaque année, à savoir 3,2 milliards d'euros, directement sortis de leur poche. Autant de pouvoir d'achat qui disparait du reste de l'économie française, légale et soumise à la TVA. D'où la conclusion de l'association : si les pouvoirs publics investissaient davantage dans la lutte contre la prostitution, toute la France en serait gagnante.