La ferme des Mille vaches boycottée

  • A
  • A
La ferme des Mille vaches boycottée
@ JONATHAN NACKSTRAND / AFP
Partagez sur :

Plusieurs enseignes de distribution, sous la pression de la Confédération Paysanne, ont renoncé à s'approvisionner auprès de la ferme controversée.

La ferme des Mille vaches continue de susciter une farouche opposition. La coopérative Agrial (avec ses marques Danao, Florette ou Loïc Raison) a décidé de ne plus fabriquer ses yaourts avec le lait collecté auprès du gigantesque élevage de Drucat, dans la Somme, selon les informations du journal Les Echos. Désormais, Agrial revendra directement le lait des Mille vaches à un autre transformateur. La raison de cette soudaine décision ? Les pressions exercées par la Confédération Paysanne, farouchement opposée à l'élevage de Drucat depuis sa création.

La peur des actions paysannes. Ce boycott a été décidé suite aux manifestations organisées par la Confédération Paysanne, qui proteste depuis de longs mois contre la création de la ferme des Mille Vaches. Ainsi, "plusieurs enseignes ont demandé aux industriels laitiers (comme Agrial, ndlr) de certifier par écrit qu'ils ne s'approvisionnent pas auprès de cet élevage", rapporte le quotidien économique. Lactalis, le premier collecteur de lait en France, assure ainsi avoir répondu qu'il ne s'approvisionne pas auprès de la ferme. En effet, les enseignes craignent, si elles n'obtempéraient pas, de subir des actions paysannes dans leurs magasins. Pour s'éviter tout risque, elles ont donc préféré céder aux injonctions de la Confédération paysanne.

Les enseignes nient la démarche. Cependant, aucune des enseignes sollicitées par les Echos n'a confirmé cette démarche. Auchan et Leclerc ont assuré ne pas avoir demandé aux industriels laitiers de renoncer à s'approvisionner auprès de l'élevage, tandis que la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) a nié être au courant. De leur côté, les acteurs de la filière laitière condamnent la démarche de la Confédération paysanne. L'association de la transformation laitière (ATLA) assure, elle, "qu'il n'y a aucune raison de mettre en doute la qualité de la production". Et le Centre national de l'interprofession laitière d'enfoncer le clou en jugeant le lait de la ferme des Milles vaches "sain, loyal et marchand".

La Confédération paysanne ne relâche pas la pression. La Confédération Paysanne, elle, ne relâche pas la pression contre l'élevage de Drucat. Le syndicat, contacté par le quotidien économique, estime que "personne ne veut" du projet d'extension de la ferme, qui aimerait passer de 500 à 800 animaux. Depuis 2013, la Confédération paysanne s'oppose farouchement aux Mille vaches. En octobre dernier, neuf militants du syndicat avaient même été condamnés à des peines allant d'une simple amende à 5 mois de prison avec sursis pour s'être introduits et avoir dégradés du matériel de la ferme.

>> LIRE AUSSI – Procès des Milles vaches : des amendes et du sursis

>> LIRE AUSSI – ZAD : la révolte s'étend en France