Jean-Claude Trichet : dix ans après Lehman Brothers, "il faut rester très vigilant"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

L'ancien président de la Banque centrale européenne, qui s'est exprimé samedi au micro de Bernard Poirette, a appelé tous les gouvernements à "faire très attention" à leur niveau de dette. Sous peine de voir la crise de 2008 se reproduire.

INTERVIEW

C'était il y a dix ans jour pour jour, le 15 septembre 2008. Le gouvernement américain jugeait qu'il n'avait "pas la capacité politique d'intervenir" pour sauver la banque Lehman Brothers, signant sa chute, a rappelé Jean-Claude Trichet, ancien président de la Banque centrale européenne, sur Europe 1 samedi. Depuis, la faillite de cet établissement est devenu le symbole de la grave crise économique qui a secoué le monde à ce moment-là. Mais selon Jean-Claude Trichet, il est loin d'être impossible de voir le drame se reproduire.

Le problème de la dette. "Il faut rester ultra vigilant car il y a des indicateurs de vulnérabilité dans le monde, notamment les dettes publiques et privées", a estimé le haut fonctionnaire. "C'est un bon indicateur. Une des causes du drame qui s'est noué il y a dix ans exactement, c'était l'accumulation de dettes publiques et privées dans la période qui avait précédé." À l'époque, en tant que président de la BCE, Jean-Claude Trichet avait été en première ligne pour gérer la crise. Et selon lui, ce problème d'accumulation de dette se pose encore aujourd'hui.

"Vigilance et correction". "Cela a continué après la crise à peu près au même rythme. Si tant est que cet indicateur de vulnérabilité soit juste, alors on est dans une situation qui appelle une extrême vigilance et une correction." Vigilance et correction "dans l'ensemble du monde", y compris du côté des pays émergents, a également prévenu Jean-Claude Trichet.