Irrégularités à l'usine du Creusot : Areva et EDF au courant dès 2005 ?

  • A
  • A
Irrégularités à l'usine du Creusot : Areva et EDF au courant dès 2005 ?
Areva a interrompu en 2016 la production commerciale au Creusot, après la mise en évidence de centaines d'irrégularités.@ JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Partagez sur :

Des centaines d'irrégularités ont été mises en évidence sur le site. Areva et EDF auraient été alertées de dysfonctionnements dès 2005, selon France Inter.

L'usine du Creusot, qui produit des pièces pour des réacteurs nucléaires et où plusieurs irrégularités ont été constatées, fait l'objet depuis décembre dernier d'une enquête, à la suite d'un signalement de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). EDF et Areva auraient en réalité été alertées dès 2005 de nombreux dysfonctionnements de l'usine, selon des documents cités par France Inter vendredi

Le président de l'ASN de l'époque "effondré". Selon les témoignages qu'a pu consulter France Inter, Areva et EDF auraient été alertées notamment via deux courriers de l'ASN signalant "de nombreux écarts" et regrettant "de nombreux incidents" dès 2005. A l'époque, le directeur de l'ASN, André-Claude Lacoste, s'était même rendu sur place et a confirmé à la radio en être revenu "effondré".

Irrégularités et possibles falsifications. Après la détection fin 2014 d'une anomalie sur la cuve du réacteur EPR en construction à Flamanville, dans la Manche, l'ASN a demandé à Areva de procéder à un audit de son usine de Creusot Forge. Depuis, Areva a mis en évidence pas moins de 210 irrégularités, mais des falsifications ne sont pas exclues. Areva a interrompu en 2016 la production commerciale au Creusot, et a lancé un plan d'amélioration de la qualité de ses usines de fabrication d'équipements. Le groupe avait prévu d'investir plus de 8 millions d'euros au Creusot cette année, mais à la suite d'une inspection du site, l'ASN a estimé fin janvier que les mesures de contrôle mises en oeuvre devaient être améliorées.

Concernant la cuve de Flamanville, l'ASN devrait, selon France Inter, décider d'ici septembre 2017 si elle fait ou non confiance au diagnostic du groupe qui assure que la cuve est conforme et peut être mise en service.