Inondations : le mode d'emploi pour se faire indemniser

  • A
  • A
Partagez sur :

La victime, pour se faire indemniser par son assureur, doit vivre sur une commune déclarée en état de catastrophe naturelle. 

Après le temps des inondations qui ont frappé samedi la Côte d'Azur vient celui des déclarations des dégâts auprès des assurances. Qui est concerné ? Comment vous y prendre si vous êtes victime de cette catastrophe naturelle ?

Catastrophe naturelle reconnue pour la commune de résidence. Pour bénéficier de la garantie "catastrophe naturelle", l'assuré doit avoir souscrit un contrat de dommages incendie et dégâts des eaux pour l'habitation, le véhicule ou son lieu de travail. Il faut de plus que la commune où la victime réside soit déclarée en catastrophe naturelle par arrêté interministériel. Attention cependant pour les possesseurs d'une voiture, en cas d'assurance au tiers, soit en responsabilité civile, l'assurance pour les catastrophe naturelle n'est pas comprise. 

Bâtiments, matériel, mobilier... L'assurance prend en charge les dommages causés à l'ensemble des biens d'habitation ou de celui d'un lieu professionnel : bâtiments, véhicules, matériel, mobilier, bétail, récoltes ... etc. Le détail de ces biens se trouve sur le site de la Fédération française des assurances

Trois mois maximum pour se faire indemniser. Les démarches pour se faire indemniser doivent être effectuées le plus rapidement possible, au plus tard dans les dix jours qui suivent la parution de l'arrêté interministériel. Dans le détail, il faut transmettre un état estimatif des pertes en fournissant des photos des dégâts ainsi que des documents prouvant la valeur des biens détruits ou endommagés (factures, actes notariés, expertises). L'assureur doit alors verser une provision dans un délai de deux mois, puis indemniser l'assuré dans un délai de trois mois.