Grèce : les clés pour comprendre le référendum de dimanche

  • A
  • A
Grèce : les clés pour comprendre le référendum de dimanche
Des électeurs grecs lors des législatives de janvier 2015 (illustration)@ AFP/ANGELOS TZORTZINIS
Partagez sur :

COMPRENDRE - Les Grecs sont invités à se prononcer dimanche sur les réformes proposées par les créanciers en échange d'une aide.

3' CHRONO

Jour J pour le référendum en Grèce. Le peuple hellène a commencé à se rendre aux urnes dimanche pour se prononcer pour ou contre le plan de sauvetage "argent frais contre réformes" mis au point par les créanciers de la Grèce (FMI, BCE et pays de la zone euro) en échange d'une nouvelle aide financière.

Alexis Tsipras, le Premier ministre, fait campagne pour un rejet de ces réformes. C'est justement parce qu'il les juge trop contraignantes qu'il a annoncé la tenue de cette consultation populaire, il y a tout juste une semaine. La pression monte avant le scrutin. Samedi, le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis a même accusé les créanciers du pays de "terrorisme" et de vouloir "humilier les Grecs".

>> Europe 1 résume les cinq enjeux d'un scrutin qui peut potentiellement déstabiliser l'économie de toute la planète

Que va-t-on demander au peuple grec ? L'intitulé exact du bulletin de vote (traduit de l'anglais par Europe 1) a été dévoilé lundi dernier. Le voici :

"Acceptez-vous le projet d'accord soumis par la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international lors de l'Eurogroupe du 25.06.2015 et composé de deux parties, qui constitue leur proposition unifiée ?

Le premier document est intitulé "Réformes pour la réussite du programme actuel et au-delà" et le second "Analyse préliminaire de la soutenabilité de la dette".

Non accepté / NON

Accepté / OUI"

En clair, la question peut se résumer ainsi : dites-vous "oui" ou" non" aux exigences des créanciers. Parmi celles combattues par Alexis Tsipras et son gouvernement : le passage de la TVA sur la restauration de 13 à 23% ou encore le report de l'âge légal de départ en retrait à 67 ans. L'exécutif hellène juge par ailleurs quasi-impossible d'arriver à réaliser 8 milliards d'euros d'économie entre 2015 et 2016 sans tuer la croissance. Il demande plus de temps et un allégement de la dette de 30%.

Les enjeux semblent clairs mais selon le Conseil de l'Europe, la question ne l'est pourtant pas assez. "Les questions d'un référendum doivent être très claires et compréhensibles. Les votants devraient avoir les questions d'un référendum au moins deux semaines", a ainsi déploré Daniel Höltgen, le porte-parole, estimant le référendum non "conformes aux standards" européen.

Comment va se dérouler le scrutin ? Selon le Conseil de l'Europe, le scrutin est par ailleurs bien trop précipité pour être pris au sérieux. Il aura pourtant bien lieu dimanche à partir de 7h du matin, soit une semaine seulement après son annonce. Mais comme le détaille Le Monde dans son édition de ce weekend, la précipitation est compensée par la proximité du référendum avec les législatives de janvier dernier. La logistique déployée pour le précédent scrutin servira en effet de base à celui de dimanche.

En Grèce, c'est le personnel judiciaire qui se charge d'organiser les scrutins (avocats, juges, juristes etc.), au sein de bâtiments publics ou de bateaux pour le personnel naviguant. Ils peuvent être assistés par des élus et les partis politiques ont un regard sur le décompte des voix. Les organisateurs pourront s'appuyer dimanche sur les lieux et les équipes organisatrices de la précédente élection.

Grèce retraités retraites

© ANGELOS TZORTZINIS / AFP


Que disent les sondages ? Pour l'heure, il semble difficile de prédire le choix des 9,8 millions de Grecs appelés aux urnes dimanche. Les sondages sont pour le moins hasardeux. Une enquête d'opinion publiée en début de semaine donnait le "non" vainqueur à 57%. Mais mercredi, deux sondages donnaient encore deux versions contradictoires : le premier donnait le "non" vainqueur à 46% contre 37%, le reste étant indécis, le second donnait le "oui vainqueur à 44,8% contre 43,4%.

Ce flou reflète le tiraillement des Grecs mais également… celui des médias. Comme le raconte Le Monde, la quasi-totalité de la presse écrite, aux mains des banques et des industriels, fait en effet campagne pour le "oui". Mais l'audiovisuel public, qui doit la vie au gouvernement Syriza, est plutôt partisan du "non", qui est également très populaire sur internet.

Que se passera-t-il si le "oui" l'emporte ? Selon le FMI, la Grèce aurait encore besoin de 50 milliards d'euros de prêts sur trois ans pour se remettre sur pieds. Si le peuple vote "oui" dimanche, les négociations devraient s'accélérer en faveur de l'obtention d'une nouvelle aide… mais probablement sans Alexis Tsipras et son gouvernement. "Je ne suis pas un Premier ministre qui reste en place qu'il pleuve ou qu'il vente", avait affirmé le Premier ministre, interrogé sur son éventuelle démission en cas de "oui". "Nous pourrions démissionner", a confirmé jeudi le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis. De nouvelles élections pourraient alors avoir lieu… en espérant que la Grèce ne se retrouve pas à court d'argent d'ici là.


Yanis Varoufakis Alexis Tsipras

Yanis Varoufakis et Alexis Tsipras © LOUISA GOULIAMAKI / AFP


Et si c'est le "non" ? La grande inconnue réside dans le scénario d'un après "non". Dans ce cas là, soit les créanciers assouplissent leurs exigences... soit personne ne sait ce qui va se passer. Une absence d'accord pourrait détourner de la Grèce tous les investisseurs, publics ou privés, à commencer par la BCE, qui maintient sous perfusion les banques grecques. Cela ouvrirait aussi la porte à une sortie de la zone euro, et donc à un retour à la drachme, un coût des importations qui s'envolerait, un chômage qui bondirait dans tous les secteurs dépendants des fonds étrangers et une baisse potentielle de 7,5% du PIB grec, en attendant que le pays restructure son économie tout seul.

Dans ces conditions, la Grèce se retrouverait encore moins capable qu'aujourd'hui de rembourser ses créanciers, Allemagne et France en tête. Et cela enverrait un message désastreux aux marchés : être en zone euro ne garantit pas que l'on rembourse ses dettes. Ces derniers pourraient alors (c'est là la plus grande inconnue) contre-attaquer par une hausse des taux d'emprunt pour les autres pays, fragilisant ainsi toute l'économie européenne. Un risque que les partisans du "non" sont prêts à prendre, opposant la démocratie à la logique financière.