GDF Suez : le conseil d'administration le plus féminisé du CAC 40

  • A
  • A
GDF Suez : le conseil d'administration le plus féminisé du CAC 40
@ ERIC PIERMONT / AFP
Partagez sur :

PARITÉ - C'est une première dans le CAC 40 : le conseil d'administration du groupe devrait être composé à 63% de femmes. Or… 

Le conseil d'administration de GDF Suez se féminise. L'instance dirigeant du groupe énergétique, qui sera soumis au vote des actionnaires du groupe à sa prochaine assemblée générale,  sera composé à 63% de femmes, a indiqué le groupe cette semaine. Le conseil d'administration sera donc composé de 19 membres dont 11 femmes. Ce qui en fera le plus féminisé de l'histoire du CAC 40.

Parmi les femmes promues au sein de l'instance dirigeante figure notamment Isabelle Kocher, directrice générale déléguée en charge des opérations et... successeure désignée du PDG Gérard Mestrallet en 2016.

Une instance qui serait bientôt… hors la loi. Il s'agit là d'une "vraie révolution" dans l'histoire de la parité, commente la journaliste de Challenges A nne-Marie Rocco, dans un post de blog. Ces nominations interviennent quatre ans après le vote de la loi Zimmermann, instaurant des quotas dans les conseils d’administration ou de surveillance des entreprises cotées. Et "à l’époque, la question répétée en boucle était : où trouver toutes ces femmes ? Même les chasseurs de tête les plus favorablement disposés avaient le plus grand mal à avancer des noms. Mais ils ont surmonté leurs réticences, et ils ont comblé leur retard. Et, miracle, des femmes, on en trouve ! Et des compétentes, cela va sans dire", se réjouit la journaliste.

Le Hic ? Ce conseil d'administration pourrait bientôt être… Hors la loi ! En effet, selon la loi Zimmerman, dans les entreprises cotées, à partir de 2017, "la proportion des administrateurs de chaque sexe ne" pourra "être inférieure à 40%". "Espérons qu’aucun homme ne se présentera au bureau des réclamations de GDF-Suez au prétexte qu’il n’y a plus que 37% d’administrateurs dans cette respectable maison", conclut la journaliste de Challenges.