Faux avis de consommateurs sur Internet : que dit la loi ?

  • A
  • A
Partagez sur :

Selon la DGCCRF, 35% des avis et commentaires de consommateurs sur Internet, notamment concernant l’hôtellerie, l’automobile ou l'électroménager, sont des avis tronqués et initiés par la concurrence pour orienter le consommateur.

Roland Perez vous informe chaque matin sur vos droits, dans le Kiosque du petit matin, sur Europe 1.

Pour choisir un restaurant, un hôtel ou encore un cadeau, nombreux sont les consommateurs qui, par réflexe, consultent au préalable les avis en ligne. Une enquête réalisée en juin 2016 par la DGCCRF (la direction générale de la consommation les fraudes) révèle que 35% des avis et commentaires de consommateurs sur Internet, notamment concernant l’hôtellerie, l’automobile ou l'électroménager, sont des avis tronqués et initiés par la concurrence pour orienter le consommateur.

Une réelle influence des commentaires. Cette même enquête a également révélé que plus de 40% des achats spontanés se faisaient après avoir lecture de commentaires positifs. Et près des trois quarts des consommateurs affirment avoir déjà renoncé à un achat à cause des commentaires négatifs.

Une régulation des avis à partir du 1er janvier. Une loi du 7 octobre 2016 et un décret publié il y a quelques jours entendent à partir du 1er janvier 2018 réguler les avis en ligne en obligeant les opérateurs de plate-forme à une information loyale et claire. Ils devront renseigner la date de l'avis, le lieu de l'achat ou de l'expérience de consommation, et l'existence d'une procédure de contrôle.